La comédie musicale "31" ou les réveillons agités d'une bande de trentenaires

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 28/03/2017 à 11H00, publié le 28/03/2017 à 10H42
Carole DEFFIT, Valérie ZACCOMER, Alexandre FAITROUNI, Fabian RICHARD dans "31" de  Gaëtan BORG et Stéphane LAPORTE

Carole DEFFIT, Valérie ZACCOMER, Alexandre FAITROUNI, Fabian RICHARD dans "31" de  Gaëtan BORG et Stéphane LAPORTE

© Anthony Klein

Alors que la comédie musicale bat son plein au cinéma avec "La La Land" et qu’elle fait salles combles dans des superproductions au Châtelet, au Palais des Sports, au Palais des Congrès ou à Mogador, la scène plus modeste du Studio des Champs-Elysées offre avec "31", un petit bijou de fantaisie générationnelle aux accents musicaux enjoués sur des paroles bien tournées.

A rebrousse temps

On appréhende un peu au début, en découvrant une scène blanche, au décor minimaliste, où viennent s’installer quatre comédiens, Carole Deffit, Valérie Zaccomer, Alexandre Faitrouni et Fabian Richard, bientôt flûtes de champagne à la main pour fêter le 31 décembre 2016. Rapidement, la glace se rompt avec les premières tirades bien tournées, puis le thème principal de Stéphane Corbin joué au piano sur scène, sur lequel se greffe le chant de chacun pour annoncer le programme : deux garçons, deux filles, copains depuis 20 ans, qui se retrouvent chaque 31 décembre pour fêter leur amitié, avec ses hauts et ses bas…
"31" : la bande-annonce

La bonne idée est de raconter cette amitié à rebours. Au fil du temps scénique s’égrainent les 31 décembre 2015, 2014, 2013… jusqu’en 1986 où le quatuor était réuni pour la première fois. Le tissu de cette complicité se trame à rebrousse temps, dévoilant le pourquoi et le comment de situations qui trouvent leur explication, leur origine, dans une antériorité à venir dans la progression dramatique. Pour finalement revenir à 2016 où de nouveaux sentiments se révèlent, dont l’émergence s’explique par tout ce qui les a précédés.

Carole DEFFIT, Valérie ZACCOMER, Alexandre FAITROUNI, Fabian RICHARD dans "31" de  Gaëtan BORG et Stéphane LAPORTE

Carole DEFFIT, Valérie ZACCOMER, Alexandre FAITROUNI, Fabian RICHARD dans "31" de  Gaëtan BORG et Stéphane LAPORTE

© Anthony Klein

Emotions, rires et chansons

Si l’on marche à "31", c’est grâce à l'écriture efficace tant dans les dialogues parlés que dans les paroles chantées, avec des prestations où les comédiennes et comédiens passent de l’une à l’autre au diapason. Mais grâce aussi à l’énergie dépensée sur scène, ça bouge, ça danse, dans une chorégraphie rythmée avec des escamotages de décors bien réglés. Quant au texte de Gaëtan Borg et Stéphane Laporte, il allie avec générosité rire et émotion.

Cela ne serait rien si l’on ne se retrouvait pas un peu dans ces quatre-là. La comédie générationnelle est devenue un genre à part entière et vise le plus souvent les trentenaires ou la "crise" de la quarantaine. C’est parfois réussi, parfois non. Ici ça l’est, parce que l’harmonie entre parole et musique prend, une alchimie qui se vérifie entre les comédiens dont la complicité fictive est bien réelle sur scène.
"31" : l'affiche

"31" : l'affiche

© DR
31
De  Gaëtan Borg et Stéphane Laporte
Avec : Carole Deffit,  Valérie Zaccomer, Alexandre Faitrouni, Fabian Richard
Mise en scène : Virginie Lemoine
Musique : Stéphane Corbin