Le Cirque du Soleil est à vendre

Par @Culturebox
Publié le 25/03/2015 à 19H28
Des acrobates du Cirque du Soleil, à Berlin en mai 2014.

Des acrobates du Cirque du Soleil, à Berlin en mai 2014.

© Roland Popp / DPA Picture Alliance / AFP

Le Cirque du Soleil, groupe canadien du divertissement présent avec ses spectacles dans plus d'une vingtaine de pays, est à vendre. Son propriétaire et fondateur Guy Laliberté, qui avait souhaité l'an dernier s'appuyer sur un "partenaire stratégique", voudrait céder la majorité de son entreprise, selon la presse canadienne.

Les candidats au rachat ont une semaine pour se déclarer

Selon le quotidien de Toronto "Globe and Mail", le Québécois Guy Laliberté, qui détient toujours 90% du capital, souhaiterait garder 10% de cette participation. Toujours selon le journal, les investisseurs potentiels ont jusqu'à la semaine prochaine pour déposer leurs offres.

Guy Laliberté "prendra tout le temps nécessaire pour évaluer les options qui se présenteront", a indiqué le porte-parole du Cirque du Soleil à l'AFP.

Ancien artiste de rue devenu milliardaire, M. Laliberté a fondé en 1984  cette célèbre troupe en 1984, précurseuse du cirque contemporain, qui se produit sans animaux ni clowns traditionnels.

Il envisageait initialement de vendre une part minoritaire mais "les acheteurs potentiels poussent pour avoir le contrôle" de l'entreprise établie à Montréal, ont indiqué au journal des sources proches du dossier.

En 2008, il avait fait entrer deux sociétés d'investissements dans l'immobilier originaires de Dubaï qui détiennent 10% des actions. C'est la banque d'affaires américaine Goldman Sachs qui est chef de file de la vente de cette entreprise de divertissement qui se produit aux quatre coins de la planète. 

Détérioration des bénéfices et licenciements

Le Cirque dispose de huit spectacles permanents à Las Vegas et ses 1.300 artistes sont toute l'année en tournée de l'Europe à l'Australie, en passant par la Russie, Macao et Israël.

Selon le Globe and Mail, des acheteurs potentiels ont renoncé car "les documents financiers confidentiels de l'entreprise ont révélé une détérioration continue des bénéfices". Pour la première fois de son histoire, le Cirque du Soleil n'avait pas dégagé de bénéfices en 2012 et avait dû licencier massivement.

Il emploie 4.000 personnes dans le monde, contre 5.000 il y a quatre ans. M. Laliberté veut également que les repreneurs s'engagent à conserver le siège social du Cirque à Montréal, en plus d'y maintenir les 1.600 employés qui y travaillent en permanence, relève le journal.