La détention administrative du clown palestinien Mohammed Abou Sakha prolongée

Par @Culturebox
Mis à jour le 14/06/2016 à 09H31, publié le 14/06/2016 à 09H25
Manifestation de soutien ici en février 2016, à Mohammed Abou Sakha, clown palestinien en détention administrative depuis décembre 2015.

Manifestation de soutien ici en février 2016, à Mohammed Abou Sakha, clown palestinien en détention administrative depuis décembre 2015.

© MOHAMMED ABED / AFP

Les autorités israéliennes ont prolongé de six mois la détention sans procès du clown palestinien Mohammed Abou Sakha, a-t-on appris de sources concordantes. L'homme de 24 ans, accusé d'être un membre actif du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) organisation considérée comme terroriste par Israël, a été arrêté le 14 décembre 2015.

"Nous avons le coeur gros, sa détention administrative a été prolongée de six mois supplémentaires", a indiqué dans un communiqué l'école du cirque de Bir Zeit en Cisjordanie occupée qui l'emploie.

La détention administrative, une pratique dénoncée par l'ONU

Le Shin Beth, le service de sécurité intérieure israélien, a confirmé la  prolongation jusqu'en décembre de la détention de Mohammed Abou Sakha, 24 ans, arrêté le 14 décembre 2015. Environ 700 Palestiniens sont détenus par Israël sous le régime de la détention administrative, qui permet d'incarcérer des suspects pour plusieurs mois renouvelables indéfiniment, sans leur en notifier les raisons. Cette mesure est régulièrement dénoncée par l'ONU et les défenseurs des droits de l'Homme.

Les autorités israéliennes défendent ces détentions en expliquant qu'il s'agit d'un outil essentiel pour empêcher des individus qu'elles jugent dangereux de nuire et de commettre des attentats, tout en gardant secrètes des informations sensibles. 

Une manière de "supprimer la contestation pacifique", dit Amnesty International

Amnesty International a qualifié la détention de Mohammed Abou Sakha de "nouvel  exemple honteux de l'utilisation abusive de la détention administrative par les autorités israéliennes". "Depuis des décennies, Israël s'appuie sur la détention administrative dans de nombreux cas comme une alternative à des procès pour les Palestiniens, et l'utilise pour supprimer la contestation pacifique", a réagi l'ONG, appelant l'Etat hébreu à "prendre des décisions urgentes pour mettre fin à cette  ratique cruelle une fois pour toutes".

Le Shin Beth accuse Mohammed Abou Sakha d'être un membre actif du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), organisation de la gauche historique palestinienne considérée comme terroriste par Israël.  Au fil des ans, l'école du cirque de Bir Zeit a recruté des jeunes dans le reste de la Cisjordanie et compte désormais plus de 300 élèves, garçons et  filles.