"Capilotractées", le cirque tiré par les cheveux

Par @Culturebox
Publié le 03/04/2015 à 14H28
 

 

© Sébastien Armengol

Les deux artistes finlandaises de la compagnie Galapiat explorent les limites d'une pratique traditionnelle dans le cirque : la suspension par les cheveux. La chevelure devient le fil conducteur d'un enchaînement de saynètes, spectaculaires, drôles et résolument absurdes.

"Capilotractées". Littéralement, "tirées par les cheveux". Sanja Kosonen et Elice Abonse Muhonen, deux artistes finlandaises, revisitent une ancienne pratique de cirque. Dans un chignon tressé porté haut sur la tête, un anneau de fer permet de s'attacher à une corde et, suspendu dans les airs, de prendre toutes sortes de postures, avec décontraction.
Les deux artistes allongent la notion capilotraction, l'étirent pour faire de leurs cheveux le fil conducteur du spectacle. Cette suspension est absurde, contre intuitive, elles veulent toucher en toucher les limites.

Ça bouleverse le rapport à l'espace, de s'attacher par les cheveux. Ça permet de danser, de voler en suspension. Ça révolutionne la balançoire, aussi. Le cris compatissants du public sont là pour rappeler le caractère douloureusement spectaculaire de la performance.

Sanja Kosonen est fildefériste, Elice Abonse Muhonen est trapéziste. L'une brune, l'autre rousse. Elles mélangent leurs cheveux comme elles mélangent les genres. Acrobates, elles deviennent un Monsieur loyal folk et un peu déprimé, coiffées d'une épaisse perruque et accompagnées d'une guitare, femme préhistorique ou funambule. Le tout, tirées par les cheveux.

Du 12 au 30 mai au théâtre Monfort à Paris.