Audrey Azoulay promet un soutien toujours plus fort de l'Etat au cirque contemporain

Par @Culturebox
Mis à jour le 21/08/2016 à 13H01, publié le 21/08/2016 à 12H55
Chapiteaux de cirque en 2007

Chapiteaux de cirque en 2007

© BENAROCH/SIPA

Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication, en visite à Nexon (Haute-Vienne), un des douze Pôles nationaux des arts du cirque, a annoncé que le gouvernement allait "renforcer de façon assez massive le soutien au cirque contemporain dès cette année et encore en 2017".

Assistant à plusieurs spectacles du festival "La Route du Sirque" de Nexon, la ministre de la Culture Audray Azoulay a rencontré samedi soir, le 20 août, les représentants des Pôles nationaux des arts du cirque.

Soutien à l'indépendance des compagnies et à la création

Elle leur a annoncé une aide renforcée de l'État et a dévoilé un plan destiné à renforcer l'indépendance et la création par un soutien aux compagnies, aux résidences et associations d'artistes ainsi qu'aux ateliers de fabriques artistiques.
Le 12 août, lors de l'installation des chapiteaux du festival "La Route du Sirque" de Nexon.

Le 12 août, lors de l'installation des chapiteaux du festival "La Route du Sirque" de Nexon.

© PASCAL LACHENAUD / AFP

En juin, le ministère de la Culture avait déjà annoncé 665.000 euros de crédits nouveaux pour 2016. Le 20 août, Audrey Azoulay a précisé que le nouveau plan porte à près d'un million d'euros supplémentaires le soutien pour le cirque, soit une hausse de 7%. 

Discipline d'excellence et dimension populaire

"Nous allons renforcer de façon assez massive le soutien au cirque contemporain dès cette année en 2016 et encore en 2017", car "on a en France une discipline d'excellence qui est le cirque contemporain, un croisement de plusieurs disciplines puisqu'il mélange d'une façon très avant-gardiste le cirque avec la danse, le théâtre, avec la musique", a déclaré le ministre à la presse.

Selon elle, "le cirque a une dimension populaire, on pousse peut-être plus facilement les portes d'un chapiteau qu'on pousse les portes d'une institution en dur. Et on a en France un public exigeant dont l'oeil est formé et c'est parce qu'on a ce niveau de qualité qu'on a cette affluence aussi dans les  évènements culturels".