"Amaluna", le nouveau spectacle du Cirque du Soleil, arrive en Europe

Par @Culturebox
Publié le 06/05/2015 à 18H24
Une artiste du Cirque du Soleil lors de la générale à Madrid du spectacle "Amaluna".

Une artiste du Cirque du Soleil lors de la générale à Madrid du spectacle "Amaluna".

© Oscar Gonzalez/NurPhoto/AFP

La troupe du Cirque du soleil donne mercredi soir à Madrid la première européenne de son nouveau spectacle, "Amaluna", hommage aux femmes. Ce spectacle, qui a déjà fait le bonheur de l'Amérique du Nord, sera présenté à Paris en novembre.

Un conte de fée


Déesses virevoltant dans les airs, contorsionniste survolant sensuellement une grande coupe d'eau : interprété en majorité par des femmes, "Amaluna" est un conte de fée inspiré de "La flûte enchantée" de Mozart et de "La Tempête" de Shakespeare.

Plusieurs centaines d'Espagnols invités à la générale dès mardi se sont émerveillés à grands cris sous le chapiteau de 19 mètres de haut installé à la Casa de Campo, un bois à l'ouest de Madrid.

Au son tonitruant d'un groupe jouant en direct, les saltimbanques de la troupe internationale se balancent et se propulsent dans les airs, jonglent et virevoltent pendant les deux heures d'un spectacle mis en scène par l'Américaine Diane Paulus.

Des marins échoués sur une île enchantée rencontrent déesses et amazones. L'un d'eux, Romeo, s'éprend de Miranda, fille d'une sorcière plongeant et évoluant gracieusement dans une grande coupe d'eau, s'élevant sur un seul bras au-dessus de sa fine bordure. Au sol, des hommes-lézards enchaînent sauts et pirouettes acrobatiques.

Deux artistes du Cirque du Soleil à la générale de "Amaluna" à Madrid le 5 mai 2015.

Deux artistes du Cirque du Soleil à la générale de "Amaluna" à Madrid le 5 mai 2015.

© Javier Soriano / AFP


Le Cirque du Soleil a été racheté


Fondé en 1984 par l'échassier et cracheur de feu Guy Laliberté dans son Québec natal, le Cirque du Soleil, géant canadien du spectacle, est devenu un phénomène mondial. Mais la troupe a rencontré des difficultés financières ces dernières années, essuyant pour la première fois une perte annuelle en 2012.

Afin de financer "la prochaine étape de son évolution", Guy Laliberté a annoncé le 20 avril avoir vendu une part majoritaire du Cirque au fond d'investissement américain TPG et à la société chinoise d'investissement Fosun pour un montant non dévoilé. Selon les médias locaux, la transaction porte sur environ 1,5 milliard de dollars (1,3 milliard d'euros), TPG détenant environ 60% de l'entreprise.

Les nouveaux acquéreurs visent l'expansion du Cirque du Soleil en Chine. Mais pour l'heure, après les Etats-Unis et le Canada, "Amaluna" arrive dans l'un de ses grands marchés traditionnels: l'Europe. "Nous serons en Europe pendant deux ans et visiterons entre six et huit pays", explique le directeur de tournée Frank Hanselman. Après Madrid, le spectacle ira en juillet à Tarragone, dans le nord-est de l'Espagne, puis à Bruxelles en septembre et Paris en novembre.

Pour transporter son gigantesque chapiteau et les 2.000 tonnes d'équipements nécessaires au spectacle, le Cirque du Soleil voyage avec 65 camions. "Le grand défi est toujours de trouver un endroit assez grand", s'amuse Frank Hanselman. "Nous avons besoin de 20.000 mètres carrés.