Rio Loco accueille Kahled, Alima, Hasna et les autres...

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 19/06/2009 à 09H00
Rio Loco accueille Kahled, Alima, Hasna et les autres...

Rio Loco accueille Kahled, Alima, Hasna et les autres...

© Culturebox

Le coup d'envoi du festival Rio Loco 2009 à Toulouse a été donné le 17 juin avec, entre autre, le concert de Khaled qui revient après quatre ans d'absence. Un retour très attendu par le public et par une chanteuse toulousaine d'origine algérienne, Alima Hamel, qui se produira elle aussi au Rio Loco. Lors de cette première journée de festival , elle est aussi venue écouter une artiste peu connue en France, Hasna El Becharia.

Honneur aux dames. Si Khaled était la star de cette soirée d'ouverture de Rio Loco, nous, on a envie de vous parler de ces deux femmes musiciennes que le festival permet de découvrir. Hasna El Becharia d'abord. Célèbre dans toute l'Algérie, elle a commencé à faire de la musique en 1972 en montant sa propre formation. Avec trois amies, elle commence à jouer de la guitare acoustique sur un répertoire traditionnel de rythmes du désert. Et c'est pour couvrir les voix de son public qui reprend son répertoire qu'elle se met à la guitare électrique ! Avec un caractère bien trempé (elle envoie sur les roses des producteurs algériens qui veulent lui faire enregistrer une cassette), elle s'impose et devient très vite une sorte de légende. En venant jouer pour la première fois en France en 1999, son succès s'élargit mais ne change en rien son caractère ! Elle parle peu et ne vit que pour sa musique.
Quant à la chanteuse Alima Hamel, elle revendique haut et fort sa double appartenance culturelle, française et algérienne. Une richesse qu'elle vit à travers la musique. Elle a notamment fait partie d'un trio instrumental toulousain, Monkomaroc, tourné vers une world music mâtiné de jazz et d'électro. Le groupe a été révélé en 2001 par un premier album Din Din Dan. Alima a enrichi le trio de sa voix et de ses influences musicales. Mais depuis 2009, elle suit un nouveau chemin. Sa rencontre avec le guitariste américain Lone Kent lui a permis de vivre une autre passion, celle du blues. Avec lui, elle a monté un spectacle intitulé 'Blues algérien".