Sélectionner votre région

  • area1
  • area2
  • area3
  • area4
  • area5
  • area6
  • area7
  • area8
  • area9
  • area10
  • area11
  • area12
  • area13
  • area14
  • area15
  • area16
  • area17
  • area18
  • area19
  • area20
  • area21
  • area22
  • area23
area1area2area3area4area5area6area7area8area9area10area11area12area13area14area15area16area17area18area19area20area21area22

Sélectionner votre ville

  • Aix-en-Provence
  • Dijon
  • Lyon
  • Reims
  • Amiens
  • Grenoble
  • Marseille
  • Rennes
  • Angers
  • Le Havre
  • Montpellier
  • Saint-Etienne
  • Bordeaux
  • Le Mans
  • Nantes
  • Strasbourg
  • Brest
  • Lille
  • Nice
  • Toulon
  • Clermont-Ferrand
  • Limoges
  • Paris
  • Toulouse

Rechercher une autre ville ou un département

Live
Alcaline, le Concert avec Shaka Ponk
Alcaline, le Concert avec Shaka Ponk
Ce soir, à 23h30

Raphaël remonte sur le ring avec "Super Welter"

Publié le 26/10/2012 à 17H44, mis à jour le 10/12/2012 à 15H16
Un Raphaël plus pop et plus joyeux

Un Raphaël plus pop et plus joyeux

© DR
Le Raphaël nouveau est arrivé ! Avec « Super Welter », l’auteur compositeur interprète livre son 6ème album, qui marque une rupture avec ses précédents opus. Plus pop plus synthétique, il ne débouchera pas sur une tournée comme l’explique Raphaël sur le plateau du 13h de France 2 où il interprète "Manager", premier extrait de ce nouvel album
Par Chrystel Chabert

A lire aussi

  • Le site officiel de Raphael

 


On avait laissé Raphaël il y a deux ans, à l’poque de « Pacific 231 », son cinquième album qui n’avait pas rencontré son public. Cette fois, Raphaël a choisi la technique de l’uppercut avec comme il le décrit « un album direct, simple, sans flottement poétique. Un disque de corps plus que de cerveau. La référence au monde la boxe n’est pas juste une image, un titre évocateur pour décrire sa catégorie de poids en boxe anglaise (66 et 70 kg). Le chanteur de 37 ans s’est vraiment mis à ce sport, qu’il trouve très élégant. Est-ce cela qui l’a aidé à composer cet album épuré mais joyeux qui parle de l’amour et de la ville. Toujours est-il que le son en est résolument pus synthétique et pour cause :« Je joue tous les instruments ; pas de batterie, rien que des machines ; pas de cordes, rien que des synthés ; tout est bricolé, dans un appartement, avec mon producteur Benjamin Lebeau (du groupe The Shoes), pas de studio, hormis au mixage ». Et d’ajouter dans cette interview accordée à Next Libération : «  Cet album a été fait sans effort ni douleur ». Raphaël, la boxe avec des gants de velours.

"Manager" : le clip
 

Tous les lives