Vente aux enchères Joséphine Baker : l'amour, la musique et la résistance

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 26/11/2015 à 12H26
La vente Joséphine Baker présente à la Salle Favart, un lot qui comprend des costumes, des lettres d'amour et des lettres de résistance 

La vente Joséphine Baker présente à la Salle Favart, un lot qui comprend des costumes, des lettres d'amour et des lettres de résistance 

© France 3 / Culturebox / capture d'écran

La salle Favart à Paris organise ce jeudi 26 novembre la vente aux enchères d'une cinquantaine d'objets et de costumes de Joséphine Baker. Le lot contient également des lettres d'amour et des textes qui témoignent de ses engagements contre la ségrégation raciale et pour la France libre.

La vente aux enchères de la salle Favart à Paris présente cet après-midi un lot important d'objets, de costumes et de lettres de Joséphine Baker. 

Reportage G. Faure / L. Bignalet / C. Gromberg

Les costumes de la vedette de la Revue Nègre

Symbole de la "beauté nègre", la petite américaine née à Saint-Louis débarque dans le Paris des années folles alors qu'elle n'a que 19 ans. Son énergie, son talent et son tempérament naturel, la portent rapidement sur le devant de la scène notamment au sein de la "Revue Nègre" (premier spectacle de music hall qui diffuse en France la culture noire).
La vente de la salle Favart, propose aux acheteurs des costumes de scène, des accessoires et des tableaux ayant appartenus à l'interprète de la célèbre chanson "J'ai deux amours". Le lot comporte aussi des textes romantiques que la chanteuse passionnée écrivait à ses amours, Pepito Abatino son mentor et Jo Bouillon, son mari avec qui elle vivait au château de Milandes entourée de ses 12 enfants.
Joséphine Baker3 © MAXPPP / ZUMAPRESS

L'engagement contre le racisme

Disparue il y a 40 ans, la petite danseuse aux pieds nus laisse derrière elle des trésors qui dévoilent une nouvelle facette de sa personnalité. Ces lettres qu'elle a écrites montrent sa résistance contre les ségrégations raciales. 
Lors d’une tournée aux Etats-Unis en 1951 elle ira jusqu’au procès après avoir été humiliée au très select Stork club de New-York, parce qu’elle est noire. Un épisode oublié que l'on redécouvre à travers cette correspondance. "Manifestement les serveurs avaient des consignes de ne pas faire attention à elle et au bout d'une heure elle a fait un gros scandale parce que personne ne la servait. Joséphine a pris deux avocats noirs et deux avocats blancs. Il y avait derrière elle tout un mouvement d'opinion, y compris Mme Roosevelt.", raconteThierry Bodin, expert en oeuvres d'art raconte. Humiliée et en colère, la vedette décide de consigner par écrit ce type de dérapages. 
Lettre que Joséphine Baker écrit à la suite du scandale du Stork Club 

Lettre que Joséphine Baker écrit à la suite du scandale du Stork Club 

© Ader.T.Bodin - 2015

L'engagement pour la France

Celle qui fut l’égérie de la célèbre Revue nègre et qui fréquenta le Tout-Paris artistique, était aussi agent de renseignement pour la Résistance et pour la France Libre pendant la deuxième guerre mondiale. Elle reçut pour cela les plus hautes décorations.
Les lettres qui composent le lot de la salle Favart, montrent cet engagement puissant pour le pays qui l'a accueilli en 1925. 
Ordre de mission permanent de Joséphine Baker au service de la France Libre

Ordre de mission permanent de Joséphine Baker au service de la France Libre

© France 3 / Culturebox

Vente Joséphine Baker à 14h à la Salle des Ventes Favart
3, rue Favart 75002 Paris