Une utopie brisée, regards sur la cité "Climat de France"

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 12/08/2014 à 10H05
Climat de France à Alger, une cité monumentale des années 60 devenue ghetto

Climat de France à Alger, une cité monumentale des années 60 devenue ghetto

© France 3 Culturebox

Construite en 1957 à Alger, Climat de France est une cité monumentale réalisée par l’architecte Fernand Pouillon. Conçue pour pacifier une Algérie en plein conflit avec la France, la cité est devenue un ghetto surpeuplé. Le photographe Stéphane Couturier a posé son regard sur ce lieu chargé d’histoire. Des clichés et des vidéos à découvrir jusqu’au 28 septembre à l’Hôtel des Arts, à Toulon.

Visiter cette exposition, c’est plonger dans une histoire qui dépasse le simple projet architectural, tant la personnalité de Fernand Pouillon et le contexte dans lequel il imagina Climat de France furent particuliers.

Reportage : J-L. Boudart / M. Julliand / A. Rouy
Moins connu que Le Corbusier ou Niemeyer, Fernand Pouillon n’en fut pas moins un architecte capital. Au début des années 50, le maire d’Alger, Jacques Chevallier, lui commanda trois ensembles pour la ville. L’objectif : reloger les populations musulmanes qui s’entassaient dans les bidonvilles. Un projet louable mais qui visait aussi à réaffirmer l’autorité de la métropole face à un peuple algérien de plus en plus hostile.
Climat de France, un chantier pharaonique 

Climat de France, un chantier pharaonique 

© DR
Climat de France fut l’un de ces trois ensembles. Tourné vers la mer, il domine le quartier populaire de Babel-Oued. Pouillon le conçut comme une ville dans la ville, avec des escaliers monumentaux et un immeuble principal qui s’organise autour d’une longue place de 233 x 38 mètres, rythmée par des colonnes blanches qui donnent à l’ensemble des airs d’une toile de Giorgio De Chiricho. La place, bordée de coursives qui abritent des boutiques, fut spontanément baptisée par les habitants « la place des deux cents colonnes ».
La place des 200 colonnes

La place des 200 colonnes

© DR
Fernand Pouilon écrivait alors : « Cette architecture est sans mépris. Pour la première fois peut-être dans les temps modernes, nous avions installé des hommes dans un monument. Et ces hommes qui étaient les plus pauvres de l’Algérie pauvre, le comprirent. » La suite des événements contredit ses propos. "Climat de France" ne pacifia pas la population. Aujourd’hui, la cité est surpeuplée, souvent délabrée et insalubre. Un bidonville a même été créé sur le toit et la fameuse place est désormais surnommée La Colombie.
Les coursives de Climat de France aujourd'hui

Les coursives de Climat de France aujourd'hui

© Stéphane Couturier
Un architecte talentueux à la personnalité complexe

Impossible de ne pas dire un mot sur la vie de Fernand Pouillon, digne d’un personnage de film.  Architecte ambitieux, talentueux et à la forte personnalité, il avait réussi à se mettre à dos tous ses confrères qui s’appuyèrent sur les imprudences financières et les écarts déontologiques de ce rival trop gênant à leurs yeux. Radié de l’ordre des architectes, Pouillon fut emprisonné, s’évada avant de se rendre. Après sa libération en 1965, il s’exila en Algérie. Il revint en France en 1983, restaurant le château médiéval de Belcastel en Aveyron où il mourut en 1986.
Pouillon fait la une de L'Express dans les années 60

Pouillon fait la une de L'Express dans les années 60

© DR
Quant à Stéphane Couturier, il s’intéresse depuis toujours à la ville, à l’architecture et aux développements urbains. Du Mexique aux Etats-Unis en passant par Chandigarh, Brasilia, La Havane ou Barcelone, il capte la ville, ses mutations pour en faire des compositions inédites. Pour le projet Climat de France qui est une commande, le photographe, âgé d'une cinquantaine d'années, a effectué durant trois ans plusieurs séjours au cœur de la cité et de la vie quotidienne de ses habitants.
Stéphane Couturier Climat de France 2 © Stéphane Couturier
Exposition "Alger - Climat de France " par Stéphane Couturier jusqu'au 28 septembre à l'Hôtel des Arts de Toulon - 236 boulevard Général Leclerc - Tél : 04 94 91 69 18 - Fax : 04 94 93 54 76 -  Du mardi au dimanche de 10h00 à 18h00 - Entrée libre