Une Tate Modern plus grande, plus féminine et internationale à partir du 17 juin

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 15/06/2016 à 11H51
L'extension de la Tate Modern à Londres, la Switch House, ouverte au public à partir du 17 juin.

L'extension de la Tate Modern à Londres, la Switch House, ouverte au public à partir du 17 juin.

© Matt Dunham/AP/SIPA

Le musée d'art moderne londonien ouvre vendredi 17 juin sa toute nouvelle extension, la Switch House, qui agrandit de près de 60 % sa surface d'exposition. Les visiteurs de la Tate Modern pourront dorénavant découvrir 800 œuvres de 300 artistes, avec près de la moitié des productions

A l'étroit après seulement 16 ans d'existence, le musée Tate Modern de Londres s'est doté d'une extension pyramidale qui va lui permettre de redéployer ses collections et d'offrir davantage d'espace à ses millions de visiteurs. Plus de 5 millions de personnes se bousculent chaque année dans l'ancienne centrale électrique, la Boiler House, dominant de sa silhouette de briques claires la rive sud de la Tamise, face à la cathédrale Saint-Paul. C'est plus de deux fois la jauge initialement prévue, qui était de 2 millions de visiteurs. D'où la décision très rapidement de s'agrandir.

Le cabinet d'architectes suisse Herzog et de Meuron, qui s'était chargé de la reconversion de l'ancienne centrale électrique désaffectée, a été de nouveau choisi pour ce projet qui a coûté 260 millions de livres, soit 328 millions d'euros. Le résultat: une pyramide étêtée et aux angles brisés, de briques revêtue, fidèle à l'architecture industrielle de l'ancien bâtiment auquel elle est accolée.
Les différentes étapes de la construction de l'extension de la Tate Modern à Londres.

Un nouvel espace dédié à la déambulation et au repos

L'inauguration publique du bâtiment aura lieu à partir de vendredi, avec un week-end de festivités, dont une chorale de 500 chanteurs dirigée par l'artiste britannique Peter Liversidge. A l'intérieur, les visiteurs découvriront le même dépouillement industriel : béton brut, bois brut, rampes en métal peintes de noir. Si le rez-de-chaussée, situé dans les anciens réservoirs de la centrale, est sombre comme une grotte, aux étages supérieurs, les briques qui recouvrent le bâtiment sont disjointes et laissent filtrer la lumière telles des moucharabieh. De grandes fenêtres laissent aussi généreusement entrer le jour dans les espaces destinés à la déambulation et au repos, nombreux.

C'était l'une des priorités affichées par les commanditaires: permettre aux visiteurs de se poser davantage et voire même d'engager la conversation avec leur voisin. D'où des bancs et des chaises nichés dans des alcôves, devant les ascenseurs ou face aux baies vitrées qui ouvrent sur la terrasse panoramique du 10ème et dernier niveau du bâtiment. "Nous voulions fournir de grands espaces pour les performances et installations des artistes mais aussi des espaces plus intimes", explique le directeur des musées Tate Nicholas Serota.

800 œuvres exposées dont 50% réalisées par des femmes

Avec son extension baptisée Switch House, posée comme une tour garde, la Tate Modern gagne 60% de surface, ce qui lui permet de présenter désormais 800 œuvres et 300 artistes. Avec un coup de projecteur particulier sur des pays jusque-là ignorés. "Nous essayons de nous intéresser aux artistes contemporains, travaillant hors des frontières américaines et d'Europe occidentale, mais aussi à leur prédécesseurs, qui sont leurs références", explique le directeur des expositions Achim Borchardt-Hume. Parmi les artistes mis en valeur, l'Ukrainien Boris Mikhailov, le Japonais Yayoi Kusama, le Brésilien Ricardo Basbaum, le Franco-algérien Kader Attia.

La Tate Modern a aussi décidé d'acheter et montrer davantage d'oeuvres de femmes, que ce soit la Roumaine Ana Lupas, l'Italienne Marisa Merz ou l'Américaine Joan Jonas. "Nous avons décidé de prêter une attention plus particulière à la contribution des femmes à l'art au cours des 120 dernières années, et de nous interroger davantage sur leur contribution, en particulier pour les artistes qui ont travaillé en couple. Est-ce que c'est nécessairement l'homme le leader et la femme la suiveuse?", s'interroge le directeur des expositions de la Tate Modern.


La première exposition temporaire accueillie dans le nouveau bâtiment sera d'ailleurs consacrée à l'artiste américaine Georgia O'Keeffe dont l'oeuvre a trop souvent été minorée et réduite à des peintures de fleurs, a expliqué à l'AFP le directeur des expositions de la Tate Modern Achim Bochardt-Hume.