Tunis : le musée du Bardo, cible de l'attaque qui a fait 21 morts

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 18/03/2015 à 15H09
Forces de sécurités aux abords du musée Bardo de Tunis, cible d'une attaque teroriste (18 mars 2015)

Forces de sécurités aux abords du musée Bardo de Tunis, cible d'une attaque teroriste (18 mars 2015)

© Yassine Gaidi / Anadolu Agency AFP

Le musée du Bardo, où 21 personnes (dont 20 touristes étrangers parmi lesquels deux Français), ont été tuées mercredi dans une attaque menée par des hommes armés, abrite une exceptionnelle collection de mosaïques dans un bâtiment mitoyen du Parlement à Tunis. L'attaque s'est terminée par la mort de deux assaillants, selon la télévision nationale.

D'après le porte-parole du ministère tunisien de l'Intérieur, une centaine de touristes se trouvaient dans le musée lorsque l'attaque s'est produite. Parmi les touristes tués, il y a au moins deux Français originaires de Midi-Pyrénées, des Japonais, des Italiens, des Polonais, des Allemands. Deux touristes espagnols portés disparus ont été retrouvés jeudi sains et saufs dans le musée où ils avaient passé la nuit, cachés par un employé. Il y a au moins un Tunisien tué.

La police a interpellé neuf suspects à la suite de l'attaque qui a été revendiquée jeudi par le groupe État Islamique (EI).

Une collection unique

La richesse des collections du musée du Bardo, qui couvrent la Préhistoire et les époques phénicienne, punique, numide, romaine, chrétienne et arabo-islamique, est unique. En 2012, le musée a doublé sa surface d'exposition pour atteindre 23.000 m2 et a réorganisé sa présentation, pour mieux mettre en valeur son exceptionnel patrimoine.

Parmi les pièces maîtresses, "Le triomphe de Neptune", une mosaïque monumentale de 13 mètres sur 8 du IIe siècle, la plus grande mosaïque verticale du monde. Un autre des chefs-d'oeuvre de la collection est une mosaïque intitulée "L'alcôve de Virgile", qui représente le poète écrivant l'Enéide, entouré de ses muses.

Installé dans un palais beylical du XIXe siècle, le musée accueille des centaines de milliers de visiteurs chaque année, le pic ayant été atteint en 2005 avec 600.000 personnes.
Touristes visitant le musée du Bardo (17 mai 2012)

Touristes visitant le musée du Bardo (17 mai 2012)

© Fethi Belaid / AFP
Le tourisme, secteur-clé pour l'économie tunisienne

En 2011, année de la révolution, seules 100.000 personnes l'avaient visité. Le tourisme, secteur-clé de l'économie tunisienne, a été très affecté par les crises politiques et l'essor de la mouvance jihadiste depuis la révolution qui a renversé le président Zine El Abidine Ben Ali en janvier 2011.

En 2014, les recettes touristiques ont enregistré une légère croissance tout en restant loin des niveaux de 2010. Le nombre de touristes s'affichait pourtant en baisse de 3,2%, à 6,07 millions, contre 6,27 millions en 2013.
Mosaïque romaine au Musée du Bardo, représentant Ulysse écoutant les sirènes

Mosaïque romaine au Musée du Bardo, représentant Ulysse écoutant les sirènes

© Eberhard Grames / Bilderberg / AFP


François Hollande a exprimé la "solidarité de la France" avec la Tunisie, lors d'une brève conversation téléphonique avec son homologue tunisien Béji Caïd Essebsi, à la suite de l'attaque sanglante perpétrée contre le musée du Bardo à Tunis, a fait savoir l'Élysée.