Trésor trouvé en Champagne : la soif de l'or suscite des craintes

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 13/02/2012 à 18H59
Une partie des 497 pièces trouvées aux Riceys

Une partie des 497 pièces trouvées aux Riceys

© AFP Photo / Maison Bonnet

Une semaine après la découverte des 497 pièces d'or, le directeur du site où le trésor a été mis au jour redoute des conséquences sur l'ambiance au sein de son personnel... Le trésor, estimé à 750.000 euros, a été découvert par des ouvriers dans la maison de champagne Alexandre Bonnet, aux Riceys (Aube). Désormais, la question de la répartition du butin se pose...

"J'ai peur que ce trésor n'altère la bonne ambiance dans l'entreprise", telle est la crainte émise mercredi auprès de l'AFP par François Lange, directeur de la maison de champagne. "C'est comme si on avait gagné au Loto et qu'il faille déterminer après coup les règles de répartition."

"Si, selon la loi, la moitié du trésor appartient au propriétaire des lieux (le groupe Lanson-BCC), il reste à déterminer à qui des ouvriers revient l'autre moitié et cela risque de créer des tensions", explique le directeur qui souhaite protéger l'anonymat de ses employés. "On espère que la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles) va nous aider à déterminer le ou les inventeurs du trésor et calmer les esprits."

Situé au coeur du village viticole, près du siège de la société Bonnet qui compte 40 employés, la grande bâtisse recelant le trésor était une ancienne usine de déshydratation de jus de raisin commerçant surtout avec l'Angleterre et les Etats-Unis. Elle a été acquise par la famille Bonnet en 1981 et aménagée en dortoirs pour vendangeurs, après le rachat de la maison de champagne par le groupe Lanson en 1998.

Un trésor au centre des conversations
"Ce trésor constitue probablement le bas de laine de l'industriel qui, dans les années 30, a voulu se mettre à l'abri de la crise. Des recherches sont en cours et devraient nous éclairer sur l'histoire de cet homme", pronostique François Lange.

Dans le village de 1.400 habitants, la nouvelle de la découverte du trésor fait pétiller les convoitises. "C'est le sujet unique de conversation au bar depuis trois jours et toute la France va connaître Les Riceys", commente auprès de l'AFP Claudine Josselin, gérante d'un restaurant de la commune. Selon elle, l'ouvrier qui a fait tomber les pièces du plafond "est en train de faire construire une maison. S'il gagne toute la somme, cela va bien l'aider."

Rappel des faits
Jeudi 10 février, effectuant des travaux de rénovation, trois ouvriers de la maison Alexandre Bonnet ont eu la surprise de voir des petits sacs tomber du plafond. "Un des ouvriers attaquait à l'aide d'un pied de biche le plafond de la bâtisse quand il a reçu sur la tête quelques pièces, suivies par des sacs pleins d'or. Les deux autres ont ramassé le trésor", a relaté François Lange, directeur de la maison de champagne Bonnet.

Cachés entre deux poutres de la charpente, les sacs en simili-cuir, fermés par des boutons à pression, contenaient chacun 50 pièces d'or de 20 dollars américains. Au total, 497 pièces ont été trouvées, soit 17 kilos d'or, pour une valeur d'environ 750.000 euros.

Les pièces sont "bien connues des collectionneurs" et ont été frappées entre 1851 et 1928, "ce qui laisse supposer que le trésor pourrait dater des années 1930", a expliqué le groupe. "Peut-être est-il lié aux exportations vers les Etats-Unis sous la prohibition, dont on peut imaginer qu'elles étaient payées 'en espèces' du fait de cette interdiction de l'importation de vins et autres boissons alcoolisées", a estimé, après l'annonce de la découverte, Philippe Baijot, PDG de la maison Alexandre Bonnet, qui fait partie du groupe Lanson-BCC.

Le trésor a été transféré dans la chambre forte d'une banque en attendant qu'une décision soit prise sur sa répartition précise.

La maison de champagne pourrait bientôt élaborer une cuvée spéciale en l'honneur du trésor, conformément à la tradition champenoise qui salue ainsi les événements exceptionnels.