Tombouctou : un jihadiste veut demander pardon pour les mausolées détruits

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 24/05/2016 à 15H30
Le mausolée d'Alpha Moya reconstruit à Tombouctou, sous la surveillance de Casques bleus (4 février 2016)

Le mausolée d'Alpha Moya reconstruit à Tombouctou, sous la surveillance de Casques bleus (4 février 2016)

© Sébastien Rieussec / AFP

Premier accusé à vouloir plaider coupable depuis la création de la CPI, un jihadiste malien va demander pardon à ses compatriotes pour avoir participé à la destruction de mausolées appartenant au Patrimoine mondial de l'humanité à Tombouctou, a affirmé mardi son avocat.

Ahmad Al Faqi Al Mahdi, un Touareg malien, "veut être honnête avec lui-même et veut admettre les actes qu'il a commis", a affirmé son avocat, Mohamed Aouini, lors d'une audience devant les juges de la Cour pénale internationale (CPI), basée à La Haye. "Il veut au même moment demander pardon aux habitants de Tombouctou et au peuple malien."

L'avocat a souligné que son client se considère comme "un musulman qui croit en la justice" : "il regrette tous les actes qu'il a commis".

Le premier accusé de l'histoire de la CPI à plaider coupable

Dirigeant du groupe jihadiste Ansar Dine à Tombouctou, dans le nord-ouest du Mali, au moment des faits en 2012, Ahmad Al Faqi Al Mahdi sera le premier accusé de l'histoire de la CPI à plaider coupable pour crimes de guerre et les procédures à son encontre seront les premières pour destruction de biens culturels.

La destruction ou le saccage, à coups de pioche, de houe et de burin, à l'été 2012, de quatorze mausolées de saints musulmans de Tombouctou par les jihadistes qui contrôlaient alors le nord du Mali au nom de la lutte contre "l'idolâtrie" avait provoqué l'indignation à travers le monde.

Des destructions commises durant l'été 2012

Les faits qui lui sont reprochés portent sur la destruction partielle ou totale de neuf mausolées et de la porte d'une des plus importantes mosquées Tombouctou, Sidi Yahia, entre le 30 juin et le 11 juillet 2012.

Ces procédures interviennent alors que le monde constate avec indignation la destruction de trésors culturels par le groupe Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak.

Les groupes jihadistes liés à Al-Qaïda avaient pris le contrôle du nord du Mali en mars-avril 2012, après la déroute de l'armée face à la rébellion à dominante touareg. Ces jihadistes ont été en grande partie mis en déroute par une intervention militaire internationale lancée en janvier 2013, à l'initiative de la France.

Des audiences seront tenues avant que les juges ne prononcent leur condamnation, a affirmé le juge Raul Pangalangan, évoquant une date possible début juillet, après la fin du jeûne du ramadan. Défense et accusation estiment néanmoins avoir besoin de temps supplémentaire pour se préparer et visent le 25 août mais le juge a affirmé que "ce procès doit avancer promptement". Une décision sur le calendrier sera prise à un stade ultérieur.