Tombe de Néfertiti : une analyse encourageante

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 06/11/2015 à 17H35
Le buste de Néfertiti au musée Neuss de Berlin (5 décembre 2012)

Le buste de Néfertiti au musée Neuss de Berlin (5 décembre 2012)

© Michael Sohn / Sipa

Une analyse thermographique inédite, réalisée dans le tombeau du pharaon Toutankhamon en Égypte, pourrait renforcer la théorie d'un archéologue britannique qui assure que la reine Néfertiti -ou une autre- y est enterrée, a annoncé jeudi le ministre des Antiquités.

La momie de cette reine à la beauté légendaire, qui exerça un rôle politique et religieux fondamental au XIVe siècle avant J.-C, n'a jamais été découverte.

Fin octobre, l'Égypte avait dévoilé un ambitieux projet, baptisé "Scan Pyramids", rassemblant des experts égyptiens, français, canadiens et japonais, afin de percer les "secrets" des pyramides de Guizeh, près du Caire. Il ambitionne notamment de découvrir des chambres dérobées et d'éclaircir enfin le mystère entourant leur construction, mais aussi de sonder la tombe de Toutankhamon dans la Vallée des Rois à Louxor, dans le sud de l'Égypte.

La température des murs du tombeau cartographiée

"La mission a commencé sa première expérience en recourant à la thermographie à infrarouge afin de cartographier la température des murs du tombeau de Toutankhamon", a expliqué dans un communiqué Mahmoud Eldamaty, ministre des Antiquités. "Les analyses préliminaires ont montré une différence entre les températures relevées sur différentes parties du mur nord" du tombeau, a poursuivi Mahmoud Eldamaty, associant à son communiqué l'institut français HIP (Héritage, Innovation, Préservation), qui prend une part active au projet.

"Afin de confirmer ces résultats préliminaires, un certain nombre de nouvelles expériences seront menées pour déterminer de manière plus fiable la partie du mur qui fait apparaître une température différente", a expliqué le ministre des Antiquités.

À la recherche d'une chambre secrète

Mahmoud Eldamaty et l'archéologue et égyptologue britannique Nicholas Reeves avaient annoncé en septembre qu'ils se lançaient à la recherche d'une chambre secrète dans le tombeau de Toutankhamon, le second se disant persuadé qu'il s'agit de la sépulture de Néfertiti, le premier plutôt celle d'une autre épouse du roi Akhénaton.

Dans tous les cas, Mahmoud Eldamaty avait dit s'attendre à la "découverte du XXIe siècle" concernant l'Égypte antique. Selon Nicholas Reeves, le mur nord du tombeau recèle une porte cachée qui pourrait dissimuler la sépulture de la propriétaire originelle de cet hypogée (tombe souterraine en archéologie), Néfertiti.

Selon lui, Toutankhamon aurait enterré là parce que son tombeau n'était pas encore construit. Ce pharaon est mort à seulement 19 ans en 1324 avant J.-C., au terme d'un règne de neuf ans. Il est la figure la plus célèbre de l'Égypte antique parce qu'il est le seul roi dont on a découvert le trésor, en 1922.

Néfertiti fut, il y a quelque 3.300 ans, l'épouse principale du pharaon Akhénaton, père de Toutankhamon, qui convertit temporairement l'Égypte antique au monothéisme en imposant le culte exclusif du Dieu du soleil, Aton. Mais Néfertiti n'est pas la mère de Toutankhamon.