Syrie : un mausolée du XIe siècle détruit à Homs

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 22/07/2013 à 13H08
Des rebelles dans la cour de la mosquée de Khaled Ben Walid, compagnon de Mahomet, à Homs, le 3 mai 2012. La mosquée avait été construite autour du mausolée du XIe siècle. La mosquée a été bombardée, le mausolée détruit, selon un militant.

Des rebelles dans la cour de la mosquée de Khaled Ben Walid, compagnon de Mahomet, à Homs, le 3 mai 2012. La mosquée avait été construite autour du mausolée du XIe siècle. La mosquée a été bombardée, le mausolée détruit, selon un militant.

© Joseph Eid / AFP

Le mausolée de Khaled Ben Walid, un compagnon de Mahomet, n'a pas résisté aux obus de l'armée syrienne lors de son offensive pour reprendre les quartiers rebelles du centre de Homs, ont révélé lundi une ONG et des militants.

"Les militants du quartier de Khaldyié à Homs (centre) ont rapporté la destruction par l'armée du mausolée de Khaled Ben Walid, compagnon du prophète", a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Située à Khaldyié, sous contrôle rebelle, la mosquée attenante et portant le même nom avait déjà subi d'importants dégâts lors des multiples attaques des troupes pour s'emparer de ce quartier.

Une vidéo amateur mise en ligne lundi montre la mosquée, connue pour ses deux imposants minarets, et des amas de décombres, des monceaux de pierres et de morceaux de métal sur le site du mausolée. "La mosquée Khaled Ben Walid a été bombardée et le mausolée a été complètement détruit", assure le militant anonyme qui filme la scène.
Une vidéo amateur, filmée dans les décombres
Le mausolée a été détruit "ce matin (lundi), après le bombardement de la mosquée par les gangs criminels du (Président Bachar al-) Assad qui utilisent de nombreuses armes lourdes". La vidéo montre également un inconnu qui lance : "Je m'adresse aux Arabes et aux musulmans: maintenant que le sanctuaire de Khaled Ben Walid a été détruit, comment pourrez-vous vous présenter devant Dieu? Pourquoi avez-vous abandonné Homs alors qu'elle est assiégée ?"

Né en 592 à la Mecque, Khaled Ben Walid a été le principal chef militaire de Mahomet puis des deux premiers califes Abou Bakr et Omar. Il a été responsable des prises de Damas et de Homs, de la conquête de la Syrie, et a participé à la prise de Jérusalem. Il est mort vers 642 et est enterré à Homs.

"Les gens du monde entier venaient le visiter"
Le mausolée date de l'époque des Seljoukides (XIe siècle) et la mosquée actuelle a été construite autour du mausolée en 1265, à l'époque mamelouke. "Symbole de Homs", ce mausolée "est important pour chaque musulman", a expliqué à l'AFP via internet le militant anti-régime Yazan, résident à Khaldiyé.

"Les gens du monde entier venaient le visiter", a-t-il assuré, ajoutant que la mosquée adjacente était à moitié détruite. Les militants ont violemment réagi à cette nouvelle sur Internet. "Non seulement Assad est déterminé à tuer les générations futures de la Syrie mais il est clair qu'il tient aussi à effacer notre passé", écrit ainsi sur Twitter un militant se faisant appeler "le Syrien révolté".

Khaldyié et le Vieux Homs, contrôlés par les rebelles, sont depuis plus d'un an assiégés par les troupes et bombardés presque quotidiennement.

Depuis plus de trois semaines, l'armée a intensifié sa campagne pour les reprendre mais malgré quelques brèves avancées, ils ne sont pas encore tombés, assurent les militants. Le sanctuaire de Khaled Ben Walid, important site de pèlerinage pour les sunnites, s'ajoute à la liste des sites religieux et culturels syriens endommagés ou détruits depuis le début de la guerre en mars 2011.

À Alep (nord), théâtre de combats incessants, le minaret de la mosquée des Omeyyades a été détruit en avril, alors qu'une partie du Vieux souk a été brûlée en septembre.

Par ailleurs, ce dimanche a été une des journées les plus sanglantes depuis des mois avec 232 morts, dont 114 rebelles, 69 civils et 49 soldats, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Au total, plus de 100.000 personnes, toujours selon l'OSDH, ont perdu la vie depuis le début en mars 2011 de la révolte contre le régime d'Assad.