Shiraz, l'une des perles de l'Iran dévoile à nouveau ses trésors aux étrangers

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 29/05/2015 à 12H43
Les vitraux colorés de la mosquée Nasir-ol-Molk de Shiraz (Iran)

Les vitraux colorés de la mosquée Nasir-ol-Molk de Shiraz (Iran)

© Culturebox / Capture d'écran

Capitale de la Perse au 18e siècle, Shiraz est aussi depuis longtemps celle des arts et de la culture en Iran. Une ville au passé glorieux qui regorge de merveilles architecturales. Un patrimoine exceptionnel que redécouvrent les visiteurs étrangers de retour dans un pays qui montre des signes d’ouverture après des décennies d’isolement

C’est une merveille perchée à près de 1500m d’altitude sur un plateau du sud-ouest de l’Iran. Un site difficile d’accès qui, au fil des siècles, a permis à Shiraz de résister aux invasions, aux guerres, préservant des destructions son impressionnant patrimoine.
 
Car Shiraz, c’est une succession de palais, de jardins, de mausolées et de mosquées, tous plus beaux les uns que les autres. Comme la mosquée Nasir-ol-Molk. Ce n’est pas la plus ancienne mais c’est sans doute la plus envoûtante pour le visiteur qui la découvre pour la première fois.

La mosquée Nasir-ol-Molk de Shiraz (Iran)

La mosquée Nasir-ol-Molk de Shiraz (Iran)

© THEVENART/SIPA

On la surnomme la mosquée rose à cause de ses mosaïques à la couleur unique en Iran. Une merveille architecturale construite entre 1876 et 1888 qui subjugue les visiteurs par la perfection de ses lignes et le raffinement des détails.
 
Mais le plus étonnant se trouve à l’intérieur, la mosquée est habillée de vitraux colorés qui au soleil levant transforment la salle de prière en kaléidoscope. Des touches de couleurs qui transforment les mosaïques et les tapis en véritables jardins.
 
Reportage à Shiraz de S.Perez, R.Mathe et M.Violet (France 2)
Les touristes reviennent
 
Un spectacle inoubliable dit-on, que redécouvrent les touristes depuis quelques mois. Des touristes de retour en Iran. 35% de visiteurs européens en plus depuis un an. Depuis que le pays montre des signes d’ouverture et d’apaisement. Des touristes français en visite à Shiraz s’étonnent d’ailleurs de la différence entre la vision qu’on a de l’Iran en France et la réalité sur place. Des vacanciers agréablement surpris par l’accueil qui leur est réservé et la richesse culturelle.
 
Une hospitalité légendaire qui fait la fierté de beaucoup d’Iraniens en mal de reconnaissance et qui espèrent beaucoup de ce regain d’intérêt des touristes pour leur pays, leur culture et leurs traditions. Car le pays regorge d’autres joyaux comme la ville d’Ispahan ou les ruines de Persépolis et bien sur les innombrables trésors des musées de la capitale Téhéran.
 
L’an dernier l’Iran a accueilli plus de 4 millions de touristes. Et si le réchauffement des relations diplomatiques entre le pays et la communauté internationale se confirme, l’Iran espère accueillir 20 millions de visiteurs étrangers d’ici une dizaine d’années.