Saint Bruno, fondateur des Chartreux : de l'humble ermite à l'icône des musées

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 01/09/2014 à 17H48
500 ans après sa canonisation, Saint Bruno continue d'inspirer les artistes

500 ans après sa canonisation, Saint Bruno continue d'inspirer les artistes

© Détail d'un tableau exposé au Musée de la Grande Chartreuse, capture d'écran France 3 / Culturebox

On célèbre cette année le 500e anniversaire de la canonisation de Saint Bruno, le fondateur de l’ordre des moines Chartreux. A cette occasion, le musée de la Grande Chartreuse à Saint-Pierre-de-Chartreuse propose jusqu’au 6 octobre à la Grange de la Correrie une exposition regroupant 80 œuvres qui permettent de retracer la vie du célèbre moine et de mieux comprendre son influence spirituelle.

Reportage : X. Schmitt / Y-M. Glo /H. Cadet-Petit / J-J. Picca
Fils d’un riche marchand des bords du Rhin, Bruno est né à Cologne où il fait ses études avant de partir pour Reims vers l’âge de 15 ans. La vingtaine passée, il devient un brillant écolâtre (ecclésiastique qui enseigne dans une école rattachée à une cathédrale ou une abbaye). Si brillant que l’archevêque de Reims en fait son chancelier. Mais quand on propose à Bruno de prendre la succession de cet archevêque corrompu (il a payé ses électeurs), il refuse. Il veut être à Dieu seul.

Le "désert" de la Chartreuse

En 1084 (il a 52 ans), il vend tout ce qu’il possède et regroupe quelques amis qui ont les mêmes aspirations que lui. L’évêque de Grenoble, Saint-Hugues, met à leur disposition une « solitude » dans le massif de la Grande Chartreuse en Isère, soit 15 000 hectares éloignés de tout. Bruno s’installe et édicte des règles de vie basées sur la contemplation, la solitude en cellule, les liturgies communes et le travail manuel. Mais Bruno doit quitter cette vie retirée du monde : il est appelé comme conseiller par le pape Urbain II qu’il doit rejoindre à Rome. Le tumulte de  cette nouvelle vie ne lui convient pas et il se retire en Calabre où il fonde une nouvelle communauté à La Torre. C’est là qu’il meurt en 1101. Le 19 juillet 1514, le Pape Léon X  accorde oralement sa béatification. 
"Saint Bruno en prière dans le désert" par Nicolas Mignard - Hule sur toile - 1638

"Saint Bruno en prière dans le désert" par Nicolas Mignard - Hule sur toile - 1638

© Avignon Musée Calvet
900 ans de silence et de rayonnement 

Aujourd’hui, le monastère des Chartreux, occupé par une trentaine de moines, est toujours voué à la prière et au silence (et à la fabrication de la célèbre liqueur de Chartreuse), il ne se visite pas. Un musée a été construit à 2 km. La Grange de la Correrie y est attenante. C’est là, dans ce magnifique bâtiment aux poutres apparentes que se trouve l’exposition consacrée à St Bruno. Elle a été découpée en 8 sections, sous forme d’une progression spirituelle et temporelle avec des œuvres datant du 17e siècle ( à l’image de celles d’Eustache Lesueur) jusqu’aux représentations plus contemporaines d’Arcabas, un artiste local  dont l’œuvre est tournée vers l’Evangile et la peinture sacrée. A noter que l'exposition s'achève le 6 octobre, jour de la Saint-Bruno.

"Saint Bruno, Père des Chartreux" à la Grande de la Correrie au Musée de la Grande Chartreuse à Saint-Pierre-de-Chartreuse jusqu'au 6 octobre - ouvert du 5 avril au 2 novembre