Saccages archéologiques : Hollande annonce une "grande exposition" sur la Mésopotamie au Louvre-Lens en 2016

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 18/03/2015 à 17H30
Temple hellénistique de Mrn dans la cité d'Hatra, en Irak (octobre 2010)

Temple hellénistique de Mrn dans la cité d'Hatra, en Irak (octobre 2010)

© Hubert Debbasch / AFP

En réaction au saccage de sites archéologiques et de musées par le groupe État islamique et le régime syrien, François Hollande a annoncé mercredi que le Louvre organiserait l'an prochain à Lens une "grande exposition" sur la Mésopotamie, en collaboration avec l'Irak.

"Le Louvre organisera à Lens à l'automne 2016 une grande exposition consacrée à la Mésopotamie, en étroite collaboration avec le Musée national d'Irak", a déclaré ainsi le chef de l'État, lors d'une visite au Louvre destinée à attirer l'attention sur ces destructions qui ont suscité une indignation internationale.

Reportage : Alexandra Combe - Benoît Bugnicourt -  Marie-Elisabeth Masson 
Une mission d'expertise à Bagdad

Le président a également annoncé qu'il avait demandé au Louvre "d'envoyer prochainement à Bagdad une mission d'expertise pour évaluer les moyens nécessaires à la préservation des trésors qui y sont conservés".

"Les conclusions de cette mission serviront à identifier de nouveaux axes de coopération entre la France et l'Irak", a-t-il précisé.

"Les archives des fouilles archéologiques françaises seront numérisées et mises à disposition de l'Irak parce que la numérisation est un moyen de diffuser des oeuvres et de permettre la diffusion du savoir à destination des scientifiques comme du grand public", a-t-il poursuivi.

Le président Hollande a également annoncé une "étroite coopération" entre les universités françaises, l'Institut français du Proche-Orient et l'université d'Erbil et de Soulaimaniah pour accueillir des doctorants irakiens. "Je veux souligner que dans les conditions que chacun connaît, il y a six missions archéologiques que la France continue de financer" dans le Kurdistan irakien, a-t-il ajouté.

Une "liste rouge" des antiquités irakiennes sera mise à jour

Par ailleurs, selon l'Élysée, "la France, en lien étroit avec l'UNESCO, travaille aussi à recenser les objets archéologiques présents en Irak". Une "+liste rouge+ d'urgence des antiquités irakiennes parue en 2003 sera mise à jour et publiée au printemps afin que les services des douanes puissent renforcer leurs moyens de contrôle", a-t-on précisé de même source.

"Elle permettra de lutter plus encore contre le trafic de trésors archéologiques, qui finance le terrorisme et détruit la mémoire commune", assure encore l'Elysée.