Notre-Dame de Paris en appelle aux mécènes américains pour sa restauration

Par @Culturebox Rédacteur en chef adjoint de Culturebox
Mis à jour le 31/05/2017 à 12H25, publié le 31/05/2017 à 11H41
La façade de Notre-Dame de Paris

La façade de Notre-Dame de Paris

© France 3 / Culturebox

A plus de 850 ans, Notre-Dame de Paris est usée par le temps qui passe et par la pollution. Son entretien et sa restauration coûtent cher. Comme l'argent public est insuffisant, les responsables de l'édifice se tournent vers les mécènes et particulièrement les Américains.


C'est un des plus grands symboles de la France

Un touriste étranger

Presque au même rang que la Tour Eiffel, Notre-Dame de Paris est connue dans le monde entier. De ce fait, chaque année 12 millions de personnes se pressent pour la photographier et la visiter. La cathédrale a déjà été l'objet d'importantes campagnes de restauration comme entre 1844 et 1864 sous la direction des architectes Viollet-Leduc et Lassus. En 1967 les vitraux de la verrière de la nef ont été changés. Dans les années 1990 la façade du "massif occidental" a été entièrement restaurée. Sans oublier le changement de cloches en 2013. Mais si l'on pousse un peu plus loin l'investigation, on constate que Notre-Dame du temps et de la pollution subit l'irréparable (ou presque) outrage. Les murs s'effritent, des statues se trouvent défigurées.
Statue de ND de Paris © France 3 / Culturebox

Un tube de PVC remplace une gargouille

André Finot , responsable de la communication pointe du doigt les dégâts : "Vous voyez, nous avons deux gargouilles dont il manque la tête. Une première qui est tombée tout simplement un beau jour d'été et la seconde, qui est aussi tombée, a été remplacée par... un tube de PVC". Plus inquiétant encore, les arcs-boutants de l'édifice menacent de s'effondrer.

Reportage : C.Laronce, N.Tahar, S.Korwin

Pas question de faire payer l'entrée

Notre-Dame de Paris bénéficie d'une dotation annuelle de l'Etat de 2 millions d'euros. Il en faudrait 100 millions. Alors quelle soultion ? Mgr Chauvet, le recteur de Notre-Dame refuse d'envisager de faire payer les fidèles : "Je ne voudrais surtout pas que les fidèles et les étrangers qui ne connaissent pas, qui ne sont pas chrétiens, paient pour entrer dans un tel lieu. C'est pour ça qu'il faut chercher l'argent ailleurs". Alors, spontanément, les regards se tournent vers les Etats-Unis où des mécènes sont prêts à financer la restaturation de la cathédrale. Une fondation de droit américain a été créée à cet effet outre-Atlantique "Friends of Notre-Dame de Paris". Elle s'ajoute au fonds créé en France auprès de la Fondation Avenir du Patrimoine à Paris. Objectif : rassembler 100 millions d'euros pour entretenir et restaurer l'un des monuments les plus emblématiques de France.