New York : une exposition pour se souvenir de "Little Syria", quartier arabe de Manhattan

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 03/10/2016 à 12H37
Ce qui reste de "Little Syria" dans le bas de Manhattan à New York (ici en 2011).

Ce qui reste de "Little Syria" dans le bas de Manhattan à New York (ici en 2011).

© RICHARD B. LEVINE/NEWSCOM/SIPA

Trois bâtiments cernés de gratte-ciels. Parmi eux une vieille église, Saint-George, convertie en pub : c'est tout ce qui reste de "Little Syria", un quartier qui fut pendant plus de 50 ans le centre économique et culturel du monde arabe aux Etats-Unis. Une exposition à Long Island invite à rappeler son histoire et changer quelques perceptions sur les Arabo-Américains.

Une nouvelle exposition à New York lui rend hommage jusqu'au 9 janvier : ses  organisateurs espèrent non seulement ranimer la mémoire d'un quartier autrefois très influent, mais aussi tordre le cou à de nombreuses idées fausses sur la communauté arabe.

Centre culturel névralgique de la communauté arabe (chrétienne) du New York du début du 20e siècle

Des années 1880 jusqu'aux années 1940, "Little Syria" s'étendait sur dix rues à l'extrême sud-ouest de Manhattan. Ses résidents, essentiellement chrétiens, venaient, pour la plupart, de ce qui est aujourd'hui le Liban - et qui faisait à l'époque partie de la province ottomane de Syrie - mais aussi de Damas ou d'Alep.
Une pâtisserie syrienne de Little Syria à Manhattan en 1910.

Une pâtisserie syrienne de Little Syria à Manhattan en 1910.

© AP/SIPA

Le commerce constituait la colonne vertébrale du quartier, qu'il s'agisse de denrées alimentaires, fruits secs et pistaches en particulier, ou de tissus. Mais si les immigrés arabes aux Etats-Unis ont longtemps appelé ce quartier  "la colonie mère", c'est aussi pour son rayonnement intellectuel et artistique. C'est dans les colonnes d'un des nombreux journaux publiés dans le quartier que le poète d'origine libanaise Khalil Gibran, qui vivait à New York et fréquentait Little Syria, publia son premier livre, "Al-Musiqa", en 1905.
Un exemplaire du premier livre de Khalil Gibran, "Al Musiqa", daté de l'année 1905, présenté à l'exposition.

Un exemplaire du premier livre de Khalil Gibran, "Al Musiqa", daté de l'année 1905, présenté à l'exposition.

© Bryan R. Smith / AFP

Plusieurs membres du mouvement littéraire "Pen League", qui vit le jour à Little Syria, ont prôné l'émancipation des peuples arabes, encore sous le joug  colonial à l'époque. "Cela a eu une influence considérable au pays. C'était une conversation" entre la Syrie et la Petite Syrie, explique Devon Akmon, directeur du musée national arabo-américain, situé à Dearborn (Michigan) et à l'origine de l'exposition. Le quartier fut cependant quasiment rayé de la carte par le chantier du Brooklyn Battery Tunnel, le tunnel qui relie aujourd'hui Manhattan et Brooklyn, démarré en 1940.

Rappeler l'histoire des Arabo-Américains et changer quelques perceptions

L'idée d'une exposition consacrée à Little Syria, qui s'est ouverte samedi sur Ellis Island, site emblématique de l'immigration, est née en 2011. Alors que se préparaient les commémorations du dixième anniversaire des attentats du World Trade Center, tout proche de Little Syria, "il y avait beaucoup de discussions sur les Arabo-Américains, leur place dans la ville", se remémore Devon Akmon. "Nous avons pensé que c'était un moment très important pour proposer de l'information exacte sur les Arabes d'Amérique", mais aussi replacer le sujet  dans la grande histoire de l'immigration aux Etats-Unis, explique-t-il. Little Syria s'y prêtait à merveille.

L'exposition est aussi une autre manière d'évoquer la Syrie, désormais associée quotidiennement à la guerre et la barbarie. "Nous voulons simplement que les gens réalisent que les Arabo-Américains sont ici depuis longtemps", détaille Devon Akmon. "Espérons que cela va éclairer quelques esprits et changer certaines perceptions", dit-il, tout en se défendant de mener un combat politique.

Une "histoire humaine" présentée à l'exposition

L'exposition a été conçue de manière à ce que tous les visiteurs, quelle que soit leur histoire personnelle, puissent dire, en sortant, "c'est un peu l'histoire de ma famille", explique Devon Akmon. Essentiellement composée de photos et de documents écrits ou d'affiches, elle montre la vie de ce quartier. Des hommes en costume attablés à l'une des nombreuses terrasses de café de l'endroit, en grande discussion autour d'un narguilé.

Il y a aussi des photos de restaurants, dont l'un, Kalil's, pouvait servir jusqu'à mille personnes en même temps. Grâce à cette présentation, "cela devient une histoire humaine", avant  toute notion d'origine, de religion ou de langue, se félicite Todd Fine, président de la Washington Street Historical Society, qui se bat pour préserver la mémoire du quartier. 

Les immeubles de "Little Syria" restent malgré tout menacés

A force de mobilisations, l'association a obtenu, en 2009, que la façade de l'église Saint-George soit classée, et, grâce à elle, un monument dédié va bientôt voir le jour dans un nouveau jardin public.

Mais elle a quasiment renoncé à sauver les deux autres bâtiments restants, un combat trop coûteux tant le renouveau économique du bas de Manhattan, dans  la foulée de la reconstruction du World Trade Center, a aiguisé l'appétit des promoteurs. "Sauver un immeuble, cela représente des dizaines de millions de dollars",  observe, fataliste, Todd Fine. "C'est David contre Goliath". 

"Little Syria, NY, An Immigrant Community's Life & Legacy"
Exposition présentée au "Arab American Museum" de mai à septembre 
Transférée au célèbre Musée de l'immigration d'Ellis Island
Jusqu'au 9 janvier 2017