Népal : des archéologues déterminent la date de naissance de Bouddha

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 26/11/2013 à 15H03
Des moines bouddhistes à Lumbini (Népal), où Bouddha serait né.

Des moines bouddhistes à Lumbini (Népal), où Bouddha serait né.

© Kyle Knight / AFP

Une découverte à Lumbini, le site de la naissance de Bouddha au Népal, permet pour la première fois de dater scientifiquement sa vie et l’émergence du bouddhisme au VIe siècle avant JC, selon des archéologues.

Des fouilles réalisées sous le temple Maya Devi à Lumbini ont permis de  mettre au jour les vestiges d'une structure de bois, "qui a scientifiquement pu être datée du VIe siècle avant JC", grâce à des analyses au carbone 14 et par luminescence, a annoncé lundi l'archéologue Robin Coningham, de l'université britannique de Durham.
 
Cette "découverte majeure" apporte de "nouveaux éléments à un très vieux débat" sur la datation de la vie du Bouddha, a ajouté le responsable des fouilles, codirigées par l’archéologue népalais Kosh Prasad Acharya, lors d'une conférence de presse téléphonique organisée par la National Geographic Society à partir de Washington.
 
La vie de Bouddha n'est connue que par la tradition orale ou des textes postérieurs à sa vie qui datent sa naissance au VIe ou au IVe siècle avant  JC. Toutes les traditions font mourir à l'âge de 80 ans Bouddha, "l'être éveillé" qui quitte le sommeil de l'ignorance en renonçant aux biens matériels.
 
Le plus ancien sanctuaire bouddhiste aurait été découvert
Après trois ans de fouilles et d'analyses, "nous avons la preuve du plus ancien sanctuaire bouddhiste au monde, et la preuve manifeste que ce sanctuaire était consacré autour d'un arbre", affirme l'archéologue.
 
Selon la tradition bouddhiste, Siddharta Gautama devenu ensuite Bouddha, est né à Lumbini alors que sa mère enceinte, la reine Maya, était en chemin pour se rendre chez ses parents. Elle aurait attrapé les branches d'un arbre au  moment de l'accouchement.
 
Les archéologues ont découvert, en creusant sous un temple de briques, que cette structure en sanctuarisait une autre, où il y a eu un arbre.
 
Des trous de poteau ont été mis au jour qui délimitaient un espace "qui a toujours été ouvert aux éléments et n'a jamais été fermé par un toit", selon Robin Coningham.
 
Lumbini, un site de pèlerinage important
De plus, la découverte et l'analyse "de racines d'arbres pétrifiées montrent que cet espace était ouvert parce qu'un arbre s'y trouvait à l'origine", a ajouté l'archéologue.
 
Jusqu'à présent, la plus ancienne structure relative au bouddhisme à  Lumbini datait du IIIe siècle avant JC, au moment où cette religion se répandait sous la protection de l'empereur indien Ashoka.
 
Le site de Lumbini, près de la frontière du nord de l'Inde et inscrit sur la liste du Patrimoine Mondial de l'UNESCO, est l'un des lieux de pèlerinage les plus importants du bouddhisme. Il est fréquenté par un million de personnes par  an.
 
Des recherches financées par le Japon et le Népal
La directrice générale de l'UNESCO Irina Bokova a indiqué dans un communiqué que "l'UNESCO était très fière d'être associée à cette importante découverte d'un des lieux les plus sacrés d'une des plus vieilles religions du monde".
 
Ram Kumar Shrestha, le ministre népalais de la Culture, a pour sa part indiqué que "ces découvertes étaient très importantes pour mieux comprendre le site de la naissance du Bouddha".
 
La religion bouddhiste compte quelque 500 millions de fidèles dans le monde. Les fouilles, dont les résultats sont publiés dans le journal Antiquity de décembre, ont été financées par les gouvernements japonais et népalais et conduites par les universités de Durham et Stirling (Grande-Bretagne) en partenariat avec la National Geographic Society, organisation scientifique et éducative américaine.