Mystère du tombeau d'Amphipolis : était-ce celui du compagnon d'Alexandre ?

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 01/10/2015 à 10H41
Tombeaux d'Amphipolis, dans le nord de la Grèce : mosaïque qui devait être l'antichambre de la principale chambre funéraire.

Tombeaux d'Amphipolis, dans le nord de la Grèce : mosaïque qui devait être l'antichambre de la principale chambre funéraire.

© STR/AP/SIPA

Une tombe antique exhumée dans le nord de la Grèce, sur le site d'Amphipolis, était probablement, selon les archéologues, un monument dédié à Hephaestion, compagnon d'Alexandre le Grand. Mais le mystère n'est pas complètement levé.

"Nous supposons qu'il s'agissait d'un héroon funéraire (sanctuaire érigé pour un héros) dédié à Hephaestion, a déclaré à la presse Katerina Peristeri, qui dirige les recherches sur le site d'Amphipolis. "Je ne sais pas s'il enterré à l'intérieur", a-t-elle toutefois ajouté.

Pas de réponse définitive au mystère de la tombe

Selon l'historien antique Plutarque, quand Hephaestion est mort à Ectabane, en Iran, "Alexandre a demandé à Deinokrates (son architecte) d'élever des mausolées à travers le pays", a-t-elle rappelé. La tombe massive d'Amphipolis, à une soixantaine de kilomètres de la ville de Serres, est la plus importante jamais découverte en Grèce. Elle a été exhumée en 2012 et ouverte l'été dernier, alimentant les spéculations selon lesquelles elle aurait pu être dédiée à un proche d'Alexandre, à sa mère Olympias ou à son épouse Roxane. Les recherches n'ont toutefois pas donné de réponse définitive à ce jour.
Alexandre le Grand et son compagnon Hephaestion, dans une mosaïque diu 4e siècle avant JC, du Palais Royal de Pella, cité antique de Macédoine.

Alexandre le Grand et son compagnon Hephaestion, dans une mosaïque diu 4e siècle avant JC, du Palais Royal de Pella, cité antique de Macédoine.

© Ann Ronan Picture Library / Photo12

Katerina Peristeri et le chef de ses architectes Michalis Lefantzis ont indiqué qu'ils avaient découvert trois inscriptions avec le mot "parevalon" (reçu) et le monogramme d'Hephaestion. D'autres archéologues s'interrogent sur les découvertes de Katerina Peristeri, estimant que la tombe avait été bâtie sous les Romains, pas les Macédoniens. Katerina Peristeri soutient toutefois que le complexe a été construit au 4ème siècle avant JC, entre 325 et 300, et avait été utilisé jusqu'à l'époque romaine.