Musée Carnavalet : les photos de Paris libéré questionnent la réalité historique

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 15/08/2014 à 14H51
Jean Séeberger, 'Portrait du FFI Michel Aubry', 22 ou 23 août 1944

Jean Séeberger, 'Portrait du FFI Michel Aubry', 22 ou 23 août 1944

© Frères Séeberger / Musée Carnavalet / Parisienne de photographie

A l'occasion du 70e anniversaire de la libération de Paris, le musée Carnavalet propose jusqu'au 8 février 2015 une exposition intitulée "Paris Libéré, Paris Photographié, Paris Exposé". Elle présente la particularité de reprendre une série de photos montrées au même endroit en novembre 1944, et de compléter cette reconstitution d'autres images, modifiant la perspective historique.

Il ne suffit pas de ne pas modifier une image pour qu'elle représente la réalité. En tout cas, pas à elle seule. Le cadre, l'inclusion du contexte, le choix des autres acteurs présents, celui des photos qui l'accompagneront, chacune de ces options peut changer l'interprétation d'un message historique. L'exposition proposée au musée Carnavalet jusqu'au 8 février 2015 est exemplaire de cette mise en perpective de l'image dans l'Histoire.

Reportage : D. Morel / O. Badin / M. Chekkoumy / G. Fontenit
Clin d'oeil

Le titre, "Paris Libéré, Paris Photographié, Paris Exposé" est évidemment un clin d'oeil à la fameuse phrase du général de Gaulle prononcée le 25 août 1944 à l'Hôtel de Ville de Paris. A cette époque, il était nécessaire, pour des raisons de politique intérieure et pour asseoir le pouvoir de l'après-guerre qui commençait, de montrer une image "officielle" de la Résistance. Paris avait été libéré par les Parisiens, un point et c'était tout.

Alors sur les photos de la première exposition, celle de l'immédiat après-libération, on n'aperçoit que très peu de femmes par exemple, et très peu de Français d'origine étrangère. Elles et eux ont pourtant pris une part importante dans les combats de la libération de Paris comme le montrent les images de l'autre exposition, celle qui complète le panorama historique de la période. Avec le recul on s'aperçoit aussi que certains clichés ont été réalisés après coup, permettant de mieux éclairer des visages de résistants emplis de tout l'héroïsme nécessaire à leur utilisation à des fins de propagande politique puis historique.
L'affiche de l'exposition au musée Carnavalet

L'affiche de l'exposition au musée Carnavalet

© DR
Une leçon pour aujourd'hui

Les clichés de grands photographes comme Robert Doisneau ayant immortalisé ces moments dramatiques sont complétés par des photos prises par la population et qui avaient été réunies lors de la préparation de la première exposition. On y voit aussi des fims et des documents d'époque. La mise en perspective des deux expositions permet au visiteur de s'interroger sur le traitement actuel des conflits mondiaux pour lesquels il ne dispose souvent également que d'une iconographie soigneusement triée.

"Paris libéré, Paris photographié, Paris exposé", au musée Carnavalet
16 rue Francs-Bourgeois - 75003 Paris
Du mardi au dimanche de 10h à 18h
Jusqu'au 8 février 2015.
Tél. : 01 44 59 58 58.