Mali : nouvelle destruction d'un mausolée

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 29/09/2012 à 14H57
Destruction d'un mausolée le 1er juillet 2012, à Tombouctou, au Mali

Destruction d'un mausolée le 1er juillet 2012, à Tombouctou, au Mali

© STR / AFP

Des islamistes ont détruit samedi à coups de haches le mausolée d'un saint musulman dans une localité du Nord-Mali, près de trois mois après avoir lancé les premières destructions de ces monuments à Tombouctou, suscitant un tollé international, ont rapporté des témoins.

"J'ai vu les islamistes de Goundam (90 km de Tombouctou, Nord-Ouest du Mali) détruire le mausolée de Alfa Mobo, aujourd'hui, à côté du cimetière de la ville. Ils avaient des haches et d'autres objets", a indiqué à l'AFP, par téléphone, un élu municipal de cette localité malienne, Mamadou Cissé. Un habitant de Goundam a confirmé cette information, sous couvert de l'anonymat: "Ils ont cassé le mausolée jusqu'au niveau de la tombe, ils étaient onze et quelqu'un filmait."

La localité de Goundam, prise en avril par les rebelles touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), était ensuite passée sous le contrôle des islamistes armés.

Des jihadistes se réclamant du groupe Ansar Dine (Défenseurs de l'islam) allié à la branche maghrébine d'Al-Qaïda y font appliquer, par la force, leur interprétation de la charia (loi islamique).

Les destructions ont débuté en juillet
En juillet, les islamistes d'Ansar Dine avaient provoqué la réprobation internationale en détruisant des mausolées en terre dans l'enceinte de la plus grande mosquée de la ville de Tombouctou (nord-ouest), classée patrimoine mondial en péril. De nombreux habitants avaient assisté, impuissants, à l'opération de destruction, alors que les islamistes promettaient de détruire tous les mausolées de la région.

Le 17 septembre dernier, des islamistes du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) ont détruit le mausolée de Cheik El Kébir, à 330 kilomètres au nord de Gao, à coups de marteaux et des pioches.

Les combattants d'Ansar Dine sont guidés par une idéologie fondamentaliste rejetant les visites aux saints, pourtant très répandues. Ils s'attaquent aux mausolées - importants lieux de recueillement - car ils considèrent la vénération des saints comme "de l'idolâtrie", contraire à l'unicité de Dieu.