Mais où est passée la Tour Eiffel de Fès ?

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 23/11/2012 à 16H28
La réplique de la Tour Eiffel, installée sur un rond-point de Fès (Maroc), a disparu (ici le 20 octobre 2012)

La réplique de la Tour Eiffel, installée sur un rond-point de Fès (Maroc), a disparu (ici le 20 octobre 2012)

© Fadel Senna / AFP

La ville de Fès (centre du Maroc) venait de s’offrir une réplique de la Tour Eiffel. Elle a subitement disparu, ce qui entraîne de nombreuses spéculations sur son sort et le motif de son démontage

Il  y a un mois, l’ouvrage d’acier était en phase d’achèvement. "Il manque encore la chape de cinq mètres et la peinture, à l'identique de la (vraie) Tour  Eiffel. Tout cela devrait être fini d'ici une semaine", avait dit alors à  l'AFP Mohamed Zaïm, ingénieur municipal et chef des services de la voirie.

Il s’agissait, avec cette construction, de célébrer l’amitié franco-marocaine, selon le responsable.

La tour était installée au milieu d’un rond-point, non loin du centre-ville, sur l’un des principaux axes routiers, communément appelé "boulevard Mohammed VI", du nom de l'actuel roi.

L'édifice était contesté dans la cité impériale
Fin octobre, le quotidien L’Economiste, racontait que la Tour faisait déjà l'objet de visites de la part de riverains "qui viennent poser pour des photos souvenirs ‘comme à Paris’".

Et voilà, elle s’est évaporée sans que son démontage ait fait l'objet d'aucune annonce préalable, ni explication.

Selon des habitants du quartier interrogés par l'AFP, la décision d'ériger cette réplique avait été critiquée au sein de la population et par des responsables locaux, jugeant l'idée incongrue pour une cité impériale dont la medina est classée au patrimoine mondial de l'Unesco.

Selon le quotidien arabophone le plus lu dans le royaume, Al-Massae, qui évoque comme motif des raisons de sécurité, les éléments de la Tour se trouveraient désormais non loin de Fès, dans la ferme personnelle du maire Hamid Chabat. Celui-ci est par ailleurs nouveau chef de l’Istiqlal, le parti historique du Maroc et membre de l’actuelle coalition gouvernementale.