Les jardins de l'Elysée ouverts un dimanche par mois à partir d'octobre

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 13/09/2012 à 11H28
Journées du patrimoine au Palais de l'Elysée, 2008

Journées du patrimoine au Palais de l'Elysée, 2008

© Bertrand Gardel / hemis.fr / AFP

Les jardins du Palais de l’Élysée, ouverts pour les Journées du Patrimoine, seront accessibles au public à partir d'octobre le dernier dimanche de chaque mois

"A partir d'octobre, les jardins du Palais de l'Elysée seront désormais ouverts au public le dernier dimanche de chaque mois, de 12h à 17h d'octobre à mars et de 13h à 19h d'avril à septembre", ont indiqué les services de la présidence dans le communiqué officiel détaillant la 29 édition de ces journées (15 et 16 septembre).

 

Le président François Hollande en a décidé ainsi après un premier test le 14 juillet dernier: 3500 visiteurs s'étaient pressés autour de la vaste pelouse, dans les allées ombragées. Un public "intéressé, respectueux, voire intimidé", selon le jardinier en chef de l'Elysée qui remarque que pas un gobelet ou un bout de papier a été abandonné dans les jardins.

Yannick Cadet est en poste depuis 1990. Un poste qu'on ne quitte pas, puisque son prédécesseur avait débuté sous René Coty, en 1956.

Les visiteurs entreront désormais par l'arrière, côté Seine, dans ce qui est un des plus grands jardins fermés de Paris (un hectare et demi). Pas le plus grand car celui de Matignon fait mieux, avec 2,2 hectares.

Les jardins ont changé au fil du temps

Jardin à la française, strict, discipliné, avec une allée centrale dans l'axe de l'hôtel, telle est la conception du jardin de cet hôtel lorsque le conte d'Evreux le construit, avant de connaître une succession de transformation au fil des époques, des propriétaires et des modes.

Plan de L'hôtel d'Évreux et ses jardins, vers 1737.

Plan de L'hôtel d'Évreux et ses jardins, vers 1737.

© DR
Madame de Pompadour y créé plus tard un potager, des portiques, des charmilles, des cascades, un labyrinthe et une grotte dorée. Nicolas Beaujon charge en 1773 Étienne-Louis Boullée de redessiner ces jardins dans un esprit à l'anglaise, aux formes plus irrégulières. A la veille de la Révolution française, Bathilde d'Orléans bouleverse à nouveau le jardin dans un style fantaisiste, avec cascade artificielle, un moulin et une laiterie, entourés de ponts et de statues. Ces fantaisies sont enlevées sous la Restauration et le parc est laissé à l'abandon pendant le Second Empire.

La grille du coq est crée sous la IIIe République pour servir d'entrée aux invités privés du couple présidentiel. C'est par là que le Général de Gaulle quittera l'Elysée en 1969 après l'échec du référeundum.

Profusion d'arbres et de fleurs sur 2 hectares

Le jardin actuel de deux hectares se présente de nos jours sous l'aspect d'une longue pelouse bordée d'arbres, de fleurs, de bosquets, d'un labyrinthe et d'une fontaine et compte cent espèces d'arbres et d'arbustes (les plus vieux datent de l'époque de la duchesse Bathilde d'Orléans et le plus gros est un platane de 5 mètres 20 de circonférence), cent variétés de rosiers, trente de rhododendrons. La plantation des fleurs de printemps donne lieu à l'importation de 20 000 bulbes de jacinthes et de tulipes et de 17 000 pour les fleurs d'été. Un bonsaï géant orne également le parc.

Journées du patrimoine dans les jardins de l'Elysée, 2009

Journées du patrimoine dans les jardins de l'Elysée, 2009

© Jacques Demarthon / AFP
Le rectangle découpé par le bâtiment principal et l'aile Est (les appartements privés) constitue le jardin d'agrément du couple présidentiel. Autrefois roseraie, Georges Pompidou avait supprimé la pièce d'eau peuplée de canards qui l'avait remplacée. Aujourd'hui, cet espace est devenu un petit jardin à la française.