Les 40 ans du musée de l'Esperanto

Par @Culturebox
Mis à jour le 15/12/2016 à 17H02, publié le 15/12/2016 à 16H26
Une affiche au musée de l'Esperanto

Une affiche au musée de l'Esperanto

© FRance 3

C'est le Nacia Esperanto Museo ou en français, le musée national de l'Espéranto. Il existe à Gray, en Haute-Saône depuis 1977. Cette année-là, Georges Junier (dit Geo) a décidé de réunir tout ce qu'il pouvait trouver pour célébrer l'idée généreuse du créateur de l'Esperanto, le Polonais Zamenhof. En 1887 il publiait son livre sur une Langue Universelle imaginée dans un souci pacifiste.

Le 15 décembre est le jour de l'Esperanto. Pour la simple raison que son inventeur, le Polonais Ludwik Lejzer Zamenhof avait vu le jour ce jour-là en 1889. Cette date est donc le jour idéal pour visiter à Gray en Haute-Saône les 2130 m²  du musée national de l'Esperanto. On le doit à Geo Junier qui avait réussi à faire venir le consul de Pologne pour l'inauguration du site en 1977. Ce passionné d'Esperanto partageait avec Zamenhof cet espoir de paix : donner à tous les hommes une langue commune. 

Reportage : C. Schulbaum / R. Négri / S. Réthoré

Kultivado-Skatolo

Se parler, c'est déjà s'accepter, s'entendre, c'est se comprendre. Cette belle entreprise de destruction de la Tour de Babel a échoué. Comme toutes les tentatives d'unifier les peuples, elle s'est heurtée à l'égoïsme des nations. Souvent tournée en ridicule, la langue de la paix, et littéralement "la langue de l'espoir" est toujours parlée par un petit nombre de locuteurs à travers le monde, comme une lueur d'espoir, bien faible, mais bien là.
Au fait, en Esperanto, Culturebox se dirait "Kultivado-Skatolo".