Le Vatican livre quelques secrets de l'histoire de l'Europe

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 03/03/2012 à 14H47
Les minutes du procès de Galilée, conservées dans les archives secrètes du Vatican et exposées au musées du Capitole

Les minutes du procès de Galilée, conservées dans les archives secrètes du Vatican et exposées au musées du Capitole

© AGF s.r.l. / Rex Featur/REX/SIPA

Le Vatican dévoile au public quelques-uns des documents de ses archives tenues secrètes pendant des siècles, dans une exposition exceptionnelle aux musées du Capitole à Rome

Plus de cent documents originaux ont été sélectionnés pour être rendus publics à l’occasion du 400e anniversaire de la création de ces Archives secrètes par le pape Paul V.

Intitulée "Lux in arcana" ("Lumière sur les secrets" en latin),  l'exposition permet au visiteur de découvrir la requête en annulation du mariage de Henry VIII et de Catherine d'Aragon. La lettre adressée par les parlementaires anglais au pape Clément VII en 1530 est à l’origine du conflit qui a mené à la rupture de Londres avec Rome et à la naissance de l’anglicanisme.

Autre document majeur, le "dictatus Papae" de Grégoire VII, un manuscrit du XIe siècle, affirmait la suprématie des papes sur  tout autre pouvoir sur terre.

Du procès de Galilée au rôle de Pie XII pendant la guerre
Outre les minutes du procès de Galilée et la bulle d'excommunication de Martin Luther, figure un parchemin de 60 mètres, remontant à 1308, et contenant  la confession des templiers devant trois cardinaux envoyés par Clément V au château de Chinon.

"C'est la première fois dans l'Histoire, et peut-être aussi la dernière, que ces documents quittent l'enceinte du Vatican ", affirment les organisateurs.

L'exposition dévoile aussi des documents visant à défendre l'attitude du pape Pie XII, critiqué pour avoir gardé le silence face à la Shoah pendant la  seconde guerre mondiale. Parmi eux, un rapport du nonce Francesco Borgongini-Duca qui avait visité sept camps de concentration en Italie en 1941 et une lettre de remerciements d'anciens détenus au pape.

On peut voir au Capitole un édit du XVe siècle où Alexandre VI partage le Nouveau Monde entre l'Espagne et le Portugal après la "découverte" de l'Amérique par Christophe Colomb. Ou encore le décret du pape Léon X qui a  scellé le schisme avec les protestants, conduisant à des guerres de religions  fratricides en Europe.

Autres trésors : des lettres de Michel-Ange sur la construction de la basilique Saint-Pierre ou une lettre sur soie de l'impératrice de Chine Helena Wang, convertie au christianisme.

Des documents qui ont marqué l'Europe
Plus insolite, la missive du chef de la tribu indienne Ojibwa au XIXe siècle à Léon XIII, qu'il appelle "grand-maître des prières remplissant les fonctions de Jésus". Ou une lettre de Marie-Antoinette emprisonnée après la  Révolution, dans laquelle on peut lire : "Les sentiments de ceux qui partagent  mon chagrin (...) sont la seule consolation que je puisse recevoir dans ces  tristes circonstances."

Les archives du Vatican feraient 85 km de long si elles étaient mises bout à bout. Les plus anciens documents datent du VIIIe siècle. "L'objectif (de cette exposition) est de montrer (...) des documents qui ont marqué l'histoire de l'Europe, mais aussi du monde", explique l'archiviste Pier Paolo Piergentili. Très pédagogique, elle a été prise d'assaut dès son ouverture. Signe son importance, le numéro deux du Vatican, le cardinal Tarcisio Bertone, l’a inaugurée aux côtés du "ministre" de la Culture du Vatican, Gianfranco Ravasi, du maire de Rome Gianni Alemanno et du  ministre italien de la Culture Lorenzo Ornaghi.

Lux in arcana, Musées du Capitole, jusqu’au 9 septembre 2012