Le "Penacho de Moctezuma", exposé à Vienne, est convoité par le Mexique

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 18/11/2012 à 12H33
Le "Penacho de Moctezuma" est exposé au musée de Vienne

Le "Penacho de Moctezuma" est exposé au musée de Vienne

© ALEXANDER KLEIN/AFP

Empreint de mythe et de légende, le "Penacho de Moctezuma", une coiffe en plumes d'oiseaux qui aurait été portée par l'Empereur aztèque Moctezuma II, est exposé à Vienne. Certains affirment que la coiffe impériale a été ramenée en Europe par le conquistador espagnol Hernan Cortes au début du XVIe siècle, tandis que d'autres estiment qu'elle appartenait à un important prêtre aztèque.


Mexico souhaite ramener la coiffe au pays tandis que Vienne estime qu'elle est trop fragile pour la transporter. "Nous ne contestons pas la propriété ou la possession. Mais, si nous avons été capables de travailler ensemble pour restaurer ou étudier la coiffe, nous devrions trouver une solution pour l'envoyer au Mexique", a expliqué Alfonso de Maria y Campos, directeur de l'Institut national d'Anthropologie et d'Histoire (INAH) de Mexico, lors de la présentation de l'exposition. La fragile coiffe -qui vient d'être restaurée- est placée dans un comptoir de présentation conçu pour résister aux vibrations des pas des visiteurs. "Elle dégage une telle puissance qu'elle fait de l'ombre aux autres objets", s'enthousiasme Alfonso de Maria y Campos.
 
Pour les experts, c'est l'un des rares exemplaires de l'art de la plume des civilisations précolombiennes. Il est mentionné pour la première fois dans la collection de l'archiduc Ferdinand III du Tyrol en 1596. Malgré ses 500 ans, il a conservé des couleurs -vert, bleu, rouge et brun- très éclatantes. Près de 450 plumes vertes de quetzal ont été assemblées pour constituer la coiffe d'1m50. Elle est embellie de pierres précieuses dorées et de petites plumes bleu turquoise, rouges et brunes.
 
L'ancien président du Mexique, Vicente Fox, a demandé le retour de la coiffe à son homologue autrichien Heinz Fischer lors de sa dernière visite au Mexique en 2005 et les indigènes mexicains font régulièrement cette demande pour ce qu'ils considèrent comme "la couronne sacrée de Moctezuma". Le Mexique n'est cependant jamais allé jusqu'à demander une restitution permanente, le directeur de l'INAH privilégiant un "long prêt".
"Penaco Pracht und Passion" ("Penacho, splendeur et passion"), exposition permanente, www.ethno-museum.ac.at