Le Louvre, Versailles et Orsay vont ouvrir 7 jours sur 7

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 01/10/2014 à 14H46
La pyramide du Louvre et le palais illuminés

La pyramide du Louvre et le palais illuminés

© Manuel Cohen

Lors de la présentation mercredi du projet de budget 2015 de la Culture, l'information a été confirmée : Le Louvre, Versailles et Orsay vont ouvrir 7 jours sur 7, une mesure qui verra le jour entre 2015 et 2017 et mettra Paris au diapason des grandes capitales culurelles mondiales comme New York, Londres ou Madrid.

Ces ouvertures s'étaleront entre 2015 et 2017 à l'issue d'une concertation, notamment avec les représentants des salariés, a précisé le ministère. "L'ouverture des trois musées nationaux les plus fréquentés 7 jours sur 7 permettra d'améliorer l'accueil des publics et de renforcer l'accessibilité des oeuvres", selon le texte du projet de loi de finances 2015. "Les emplois nécessaires seront mis en place" pour accompagner cette mesure, précise le document.

Les syndicats ont accueilli la nouvelle fraîchement, déplorant l'absence de dialogue social. "L'idée c'est de faire rentrer un maximum d'argent sans se soucier des conditions de visite", a réagi Christian Galani, représentant syndical CGT-Culture au Louvre.

"Si on ouvre 7 jours sur 7 on reviendra à une ouverture de 60% des salles, alors qu'aujourd'hui 85% des salles du Louvre sont ouvertes et la densité des visiteurs augmentera d'autant", déplore-t-il.

Le Louvre "met en oeuvre les conditions du dialogue social pour que la mesure soit mise en place dans l'intérêt des visiteurs et des personnels", a déclaré la direction à l'AFP.

"On demande aux musées d'être avant tout des entreprises rentables qui font du cash", a regretté de son côté Frédéric Sorbier, secrétaire de la CGT-Culture à Orsay. "La seule priorité semble être l'accueil des touristes au détriment de nos missions de service public".
Le château de Versailles et ses jardins

Le château de Versailles et ses jardins

© BOB DEWEL / ONLY FRANCE
Au château de Versailles, la CFDT n'est pas davantage enthousiaste. "On sera obligé de faire le ménage la nuit", a souligné le syndicat dès le mois de juillet dans un communiqué. "Cela coûtera plus cher, puisqu'il faudra payer en heures de nuit".

 "Les tournages de film en danger" 

Pour ce syndicat, la mesure mettrait en danger les tournages - qui rapportent beaucoup aux caisses du château de Versailles - "à moins de faire ces tournages uniquement la nuit"...

Le ministère, en revanche, fait valoir que l'ouverture 7 jours sur 7 devrait être autofinancée par les recettes supplémentaires attendues. "Le solde économique sera positif", assure-t-on.

Actuellement, ces établissements sont fermés le lundi ou le mardi. Le Louvre reçoit plus de 9,2 millions de visiteurs par an, un record mondial, Versailles 7 millions et Orsay 3,5 millions.   
Le musée d'Orsay illuminé, à Paris

Le musée d'Orsay illuminé, à Paris

© Lionel Lourdel / Photononstop
Pour le gouvernement, qui insiste en pleine crise économique sur la nécessité de développer davantage le tourisme, il s'agit de placer Paris à la hauteur de ce qui se fait dans d'autres grandes villes culturelles mondiales. À Londres, tous les grands musées - British Museum, National Gallery, Tate Modern, Tate Britain - ouvrent sept jours sur sept, même si toutes les salles ne sont pas toujours accessibles. À Madrid, le Prado accueille les visiteurs toute la semaine depuis novembre 2011.

À New York, le Musée d'art moderne (MoMA) a vu le nombre de ses visiteurs doubler (de 1,5 million à 3 millions) depuis sa rénovation en 2004. Affichant un nombre de visiteurs à 6,28 millions, le Metropolitan de New York lui a emboîté le pas. Quant au Museum d'histoire naturelle, il ne ferme désormais plus que deux jours par an, pour Thanksgiving et Noël.

Selon l'Office du tourisme et des congrès de Paris, 53 musées et monuments de la capitale ont attiré 73,1 millions de personnes en 2013, un record. Ils sont pour l'Office le fer de lance du tourisme.

Quant au budge de la Culture et de la Communication, il est stabilisé après deux ans de baisse: + 0,33% après - 4% en 2013 et - 2% en 2014.