Le coffre antique du Rhône va-t-il révéler ses secrets ?

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 13/01/2014 à 11H20
Le coffre retrouvé l'été dernier dernier dans le Rhône n'a pas encore livré ses secrets.

Le coffre retrouvé l'été dernier dernier dans le Rhône n'a pas encore livré ses secrets.

© PHOTOPQR/Le Midi Libre

Depuis la découverte en 2007, d'un exceptionnel buste antique à l'effigie de Jules César, le Rhône n'en finit pas de délivrer des trésors. L'été dernier l'équipe de l'archéologue Luc Long a repêché un coffre antique dans les eaux du fleuve. Une trouvaille désormais aux mains des scientifiques qui vont tenter de percer son secret.

Reportage : J.Hessas / F.Renard / J-P.Boisseau
C'est un petit coffre - 30 x 40 cm - mais sa valeur est immense. L'objet en bois retrouvé par 10 mètres de fond l'été dernier dans le Rhône est exceptionnel tant pas son état de conservation, que par le mystère qui l'entoure. Les premiers examens et notamment une radiographie réalisée sur l'objet n'a pas permis d'en révéler le contenu. La vase qui a permis de le maintenir en état, a également envahi l'intérieur rendant tout examen impossible sans l'ouvrir. Une mission délicate confiée à une entreprise grenobloise Arc-Nucléart qui avait déjà officié sur la barge romaine retrouvée dans le Rhône en 2011.

Le contenu du coffre reste un mystère

Première étape : évacuer les limons qui se touvent à l'intérieur du coffre, puis examiner le contenu par endoscopie. Un contenu qui reste bien mystérieux. L'archéologue Luc Long, découvreur en 2007 du buste de Jules César dans le Rhône et qui a également supervisé ces recherches, émet plusieurs hypothèses. L'objet dont l'origine romaine ne fait guère de doute aurait pu servir à conserver des documents ou de l'argent, mais ce style de pièce de mobilier était assez rare dans la "domus"(habitation) romaine. Reste alors la théorie du coffret mortuaire. Le coffre a en effet été retrouvé à proximité d'une ancienne nécropole érodée par le fleuve. Contiendrait-il des ossements ? L'avenir nous le dira.