Le chef papou Mundiya Kepanga remet une coiffe hautement symbolique au Musée de l'Homme

Par @Culturebox Rédacteur en chef adjoint de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 18/10/2016 à 11H30
Le chef papou Mundiya Kepanga devant la coiffe du Musée de l'Homme

Le chef papou Mundiya Kepanga devant la coiffe du Musée de l'Homme

© France 3 / Culturebox

Le chef papou Mundiya Kepanga a remis au Musée de l'Homme un ensemble de parure traditionnelle. Cet ensemble nommé Yari témoigne des relations de la société papoue Hulli avec son environnement. Un geste symbolique par lequel le chef Mundiya Kepanga entend alerter les sociétés occidentales contre les dangers de la déforestation. La parure est exposée dans la galerie d'accueil du Musée.

Il y a un an, le chef Mundiya Kepanga faisait une intervention remarquée lors d'un colloque de la COP 21 sur le thème :
"Temps d’incertitude et Résilience : les Peuples Autochtones face aux Changements Climatiques".

Leader de la communauté de Kobe Tumbiali, chef respecté de la tribu des Huli de Papouasie-Nouvelle-Guinée, Mundiya Kepanga est devenu une figure emblématique du combat contre la déforestation lui qui vit au coeur de l'une des forêts primaires du globe.

Alors, quand il vient à Paris remettre au Musée de l'Homme la coiffe d'une parure traditionelle, le geste revêt une haute valeur symbolique. Avant de la déposer dans sa vitrine, le chef Mundiya Kepanga s'adresse d'ailleurs directement à la coiffe pour lui rappeler sa mission : 

Toutes les personnes qui te regardent, tu leur murmures à l'oreille de prendre soin de notre planète. Lorsque quelqu'un viendra te voir dans ta vitrine, utilise ta magie pour lui faire ressentir l'importance de notre planète.

Chef Mundiya Kepanga

Cette coiffe, exposée dans la galerie d'accueil du Musée de l'Homme est un attribut essentiel des Papous Hullis. Dans le cadre d'un rite initiatique, ils quittent leur village pendant quatre ans pour aller vivre dans la forêt. C'est là qu'ils confectionnent cette coiffe avec leurs cheveux qu'ils laissent pousser, des plumes d'oiseaux et de la fourrure. Une coiffe qui devient objet de parade.

En remettant une de ces coiffes au Musée de l'Homme, Chef Mundiya Kepanga veut faire passer un message : "Tous les hommes viennent de la nature, nous sommes les frères des arbres ; les arbres sont nos frères et nous devons en prendre soin. Si vous n'en prenez pas soin, vous allez disparaître.

Reportage France 3 : B. Aparis / P. Conte / C. Chen

C'est le reporter Marc Dozier, spécialiste de la Papouasie Nouvelle Guinée qui a fait connaître le chef Mundiya Kepanga. De leur rencontre en 2001, sont nées des publications, des documentaires comme "L'Exploration inversée" qui retrace le voyage en France de Mundiya Kepanga et de Polobi Palia, et des conférences que donne ce lanceur d'alerte qu'est devenu le chef papou sur les conséquences des changements climatiques : sécheresse, apparition de nouveaux insectes compromettant la culture de la patate douce etc.

Le 2 décembre à 20h, le nouveau documentaire de Marc Dozier et Luc Marescot (Lato Sensu Productions) intitulé "Frères des arbres" sera projeté en avant-première dans l'auditorium Jean Rouch. Entrée libre