La tribu amérindienne Hopi saisit la justice avant une vente de masques sacrés

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 13/12/2014 à 09H36
Masques Hopis présentés lors d'une précédente vente en 2013

Masques Hopis présentés lors d'une précédente vente en 2013

© JOEL SAGET / AFP

La tribu amérindienne Hopi et l'association Survival International ont engagé une procédure judiciaire pour obtenir l'identité des vendeurs et acquéreurs de masques sacrés Hopis qui seront mis en vente aux enchères lundi à l'hôtel Drouot, à Paris. L'ambassade des Etats-Unis à Paris a demandé à la maison d'enchères Eve d'"encourager" la "restitution" de ces objets sacrés à ces tribus amérindiennes.

Dans une lettre remise vendredi à la société EVE, l'ambassadrice Jane Hartley a demandé au commissaire-priseur Alain Leroy "le retrait temporaire" de la vente des objets susceptibles d'être des biens culturels Hopi et Navajo à caractère sacré "afin de laisser aux représentants de ces nations le temps d'expertiser leur nature et leur provenance, et d'envisager les recours possibles pour leur restitution". La vente comprend 25 masques Hopi ainsi que 8 masques Navajo.

"Le droit des Etats-Unis tout comme le droit international prohibent la vente et l'exportation des masques katsinam", proposés à la vente la semaine prochaine par l'étude EVE, explique Me Pierre Servan-Schreiber. Ces objets "ont nécessairement été exportés des Etats-Unis, ce qui fait courir un doute sérieux quant au droit de propriété dont se prévalent les personnes les mettant aujourd'hui en vente", a estimé, vendredi, l'avocat associé du cabinet Skadden Arps à Paris.

La justice a déjà rejeté des demandes de suspension de ventes aux enchères 

Depuis avril 2013, la justice a déjà rejeté "par trois fois les demandes de la tribu Hopi et de Survival International -association de défense des peuples aborigènes- tendant à faire suspendre des ventes analogues", rappelle Me Servan-Schreiber, qui est membre de l'Alliance des avocats pour les droits de l'homme. Une vente aux enchères de masques sacrés Hopis s'est ainsi tenue le 27 juin dernier malgré les recours engagés et une demande de report de l'ambassade américaine à Paris. L'ambassade, qui était déjà intervenue les fois précédentes, avait alors demandé à la société Eve "de retarder la vente (...)  afin de permettre à des représentants des tribus amérindiennes d'établir avec exactitude la nature et la provenance" des objets. La vente avait néanmoins été jugée licite par le Tribunal de Grande Instance de Paris, qui avait déjà rejeté deux demandes de suspension d'enchères, en avril et décembre 2013.

24 objets sacrés vensu en décembre 2013

Lors de la vente de décembre 2013, la fondation américaine Annenberg avait acheté pour 530.000 dollars (environ 390.000 euros) 24 de ces objets sacrés, affirmant vouloir les restituer à la tribu amérindienne.

La tribu Hopi de l'Arizona compte 18.000 membres. Portés par des danseurs Hopis lors de cérémonies religieuses, généralement interdites aux blancs, ces masques traditionnels sont considérés comme des êtres vivants par les Indiens. La communauté Navajo compte 200.000 individus répartis en Arizona et dans les Etats du Nouveau-Mexique, d'Utah et du Colorado.