La Tour Médicis est relancée en Seine-Saint-Denis

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 07/06/2013 à 12H22
Vue prise depuis la tour Utrillo, à Montfermeil (Seine-Saint-Denis)

Vue prise depuis la tour Utrillo, à Montfermeil (Seine-Saint-Denis)

© AFP/BERTRAND GUAY

Le gouvernement a annoncé vendredi la "relance" du projet de Tour Médicis, destinée à devenir "un équipement culturel national d'un type entièrement nouveau" en plein coeur des quartiers difficiles de Clichy-sous-Bois et Montfermeil. La tour Utrillo, inoccupée depuis des années, pourrait reprendre du service.

Le conseiller d'État Thierry Tuot, qui préside la Villa Médicis de Rome, a été chargé de "concevoir le montage administratif et financier de cet équipement", selon un communiqué des ministères de la Culture et de la Ville.

La tour Utrillo au coeur des "quartiers difficiles"
Le précédent gouvernement avait acquis à la fin 2011 la tour Utrillo, inoccupée depuis de nombreuses années. Elle est située sur le plateau de Clichy-sous-Bois/Montfermeil, deux communes limitrophes, où avaient débuté les émeutes urbaines à l'automne 2005.

Le gouvernement avait envisagé de la transformer en résidence d'artistes sur le modèle de la prestigieuse villa Médicis de Rome. La Tour devait également abriter une école de la deuxième chance et une préparation à l'enseignement supérieur artistique. 

Un projet de 30 millions d'euros dans un quartier enclavé
Dès septembre, la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, avait évoqué la nécessité de "retravailler" le projet. Le ministre délégué à la Ville, François Lamy, avait ensuite déploré "qu'on ne se soit pas préoccupé de son financement". Le montant du chantier a été évalué à 30 millions d'euros.

Formation professionnelle, production artistique...
Les deux ministres ont donc confié à Thierry Tuot le soin de "redessiner les contours" du projet pour "renforcer ses missions en matière de formation professionnelle et de production dans le domaine des industries créatives".

"En favoriser l'accès aux jeunes dévarorisés"
Dans un rapport détonnant sur l'intégration, remis en février au Premier ministre, M. Tuot avait plaidé pour concentrer la création de toute nouvelle institution culturelle dans les banlieues difficiles et d'en favoriser l'accès aux jeunes défavorisés.

Le plateau de Clichy-Montfermeil bénéficie de l'un des gros chantiers de rénovation urbaine, pour un montant de 600 millions d'euros, mais reste enclavé en attendant une desserte par métro ou tramway.