La tombe de Nefertiti pourrait se cacher dans le tombeau de Toutankhamon

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 12/08/2015 à 19H13
Le buste de la reine Nefertiti, exposé au Neues Museum de Berlin

Le buste de la reine Nefertiti, exposé au Neues Museum de Berlin

© Markus Schreiber/AP/SIPA

Un égyptologue de renom, Nicholas Reeves, assure avoir réuni des preuves suffisantes pour affirmer que la reine égyptienne à la beauté légendaire, qui aurait vécu vers 1370 av. J.-C., reposerait dans une partie cachée du tombeau du pharaon Toutankhamon. Il n'a pas encore les autorisations nécessaires pour vérifier ses hypothèses.

Derrière les fresques du tombeau du pharaon Toutankhamon, l'égyptologue Nicolas Reeves, professeur anglais qui enseigne à l'Université d'Arizona, croit avoir décelé les marques de deux portes : l'une qui ouvrirait vers une pièce de stockage, l'autre qui mènerait au tombeau de Nefertiti, reine légendaire de la XIIIe dynastie égyptienne. Elle aurait vécu entre 1370 et 1333 avant J.-C.

Un scanner a permis d'analyser les fissures au plus près

Une réplique du tombeau de Toutankhamon, qui se trouve à Louxor, a été confectionnée pour permettre au public de le découvrir. C'est un scanner ultra perfectionné utilisé lors de ce projet qui a permis à l'égyptologue de percevoir fissures et des irrégularités sous les fresques ornementales. Ce pourrait être le signe que deux entrées ont était rebouchées.
 
"Aucune preuve en elle-même ne permet de tirer des conclusions, reconnaît l'égyptologue dans l'hebdomadaire anglais The Economist, mais si on les met bout à bout, il est difficile d'ignorer mes conclusions". Conclusions qu'il détaille en anglais, dans un document accessible en ligne.
 
Mais pour les prouver, il est pour l'instant inenvisageable de déplacer les murs du tombeau: cela risquerait d'endommager les fresques. Il faudrait une nouvelle exploration au radar, particulièrement coûteuse. Pour l'instant, les autorités égyptiennes n'ont pas donné leur accord.