La toiture de la BNF Richelieu endommagée par un incendie

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 05/08/2013 à 13H15
L'intervention de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris à la Biblithèque nationale de France (BNF), site Richelieu, le 5 août 2013, suite à un incendie dans la toiture de l'édifice.

L'intervention de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris à la Biblithèque nationale de France (BNF), site Richelieu, le 5 août 2013, suite à un incendie dans la toiture de l'édifice.

© ERIC FEFERBERG / AFP

Une partie de la toiture du site Richelieu de la Bibliothèque nationale (BNF) à Paris (IIe), a été endommagée lundi matin par un incendie qui n'a pas fait de blessés, a-t-on appris auprès de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris.

Le porte-parole des pompiers a précisé que le feu avait pris dans une partie de la toiture actuellement en travaux de désamiantage. L'origine du feu est vraisemblablement accidentelle.
Cent-vingt sapeurs-pompiers et une trentaine de véhicules ont été mobilisés en raison de la nature exceptionnelle du bâtiment qui compte en permanence un détachement de la Brigade. Celui-ci a pu faire évacuer les ouvriers présents sur le chantier. Les pompiers sont parvenus très rapidement à maîtriser l'incendie qui a causé "de faibles dégâts matériels" sur une superficie d'environ 100 m², a précisé le ministère de la Culture.

Le sinistre était localisé sous les toits dans une zone de désamiantage des locaux, confinée et sous cloisons étanches, a précisé le ministère. L'incendie est resté circonscrit à la zone en toiture sur une vingtaine de mètres. Le feu aurait pris au niveau d'un dispositif de filtrage de l'amiante, selon le ministère. Le chantier était terminé depuis vendredi et venait d'être vidé de ses matériels.
Située 5 rue Vivienne à Paris, elle constitue le berceau historique de la Bibliothèque nationale de France, depuis le XVIIIe siècle. Elle conserve de très riches collections de manuscrits, cartes et monnaies. Le chantier de rénovation du site, qui a débuté en 2010, doit durer huit ans.
De son côté, le maire de Paris, Bertand Delanoë, a appris "avec émotion et tristesse" cet incendie mais s'est "réjoui qu'aucune pièce des collections de la BNF n'ait été endommagée".
La salle de stockage de la Bibliothèque nationale de France (BnF), rue de Richelieu à Paris.

La salle de stockage de la Bibliothèque nationale de France (BnF), rue de Richelieu à Paris.

© ERIC FEFERBERG/AFP
D'autres sites patimoniaux sinistrés
Les températures estivales étant "exceptionnellement élevées", la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti a donné instruction à ses services en charge des chantiers en cours de renforcer les mesures de suivi et de contrôle préventif des zones à risque de feu. Les Directions régionales des Affaires culturelles (Drac) seront également invitées à faire vérifier plus particulièrement les bâtiments abritant des collections patrimoniales (locaux d'archives, bibliothèques).
Depuis le début de l'été, plusieurs édifices patrimoniaux français ont été endommagés par des incendies.
L'un des plus prestigieux hôtels particuliers de Paris, l'hôtel Lambert, propriété du Qatar, a été sévèrement endommagé début juillet par un incendie sous la toiture qui a causé des dégâts très importants à ce joyau architectural du XVIIe siècle édifié par Louis Le Vau et en cours de rénovation.