La cité sacrée de Rocamadour, haut lieu de pèlerinage en France

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 29/07/2014 à 15H19
La forteresse au sommet de la falaise rocheuse de Rocamadour 

La forteresse au sommet de la falaise rocheuse de Rocamadour 

© Apesteguy Francis/MAXPPP

Rocamadour, lieu de pèlerinage incontournable sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle est l'un des sites touristiques les plus visités de France. Cette "citadelle de la Foi", située dans le département du Lot en régions Midi-Pyrénées attire chaque année près d'un million et demi de visiteurs.

Equipe : H. Vergne / D. Breysse / N. Trau
Cette cité médiévale au sud-ouest de la France est nichée au coeur du Haut-Quercy, agrippée à une puissante falaise qui domine de 150 mètres la vallée de l'Alzou. L'architecture improbable du site puise ses racines au Moyen Âge, période où le village a été bâti sur trois niveaux, traduisant les trois ordres de la société d'alors. Au premier niveau les chevaliers, puis les clercs religieux et enfin tout en bas près de la rivière, les travailleurs laïcs. 
 
A flanc de canyon la basilique Saint-Sauveur et la crypte Saint-Amadour qui sont classées au patrimoine mondial de l'humanité côtoient les églises Sainte-Anne, Saint-Blaise, Saint-Jean-Baptiste, Notre-Dame (où se trouve la Vierge noire) et Saint-Michel.
Un château, le palais des Évêques de Tulle domine l'ensemble. Un escalier monumental de deux cent seize marches mène à l'esplanade des sanctuaires. Une construction audacieuse qui défie toutes les lois d'urbanisme (la foi faisant loi à l'époque).
Ce haut lieu de pèlerinage où l'on venait prier la Vierge Marie attire chaque année près d'un million et demi de visiteurs. L'histoire lui attribue une succession de miracles  mais l'architecture des lieux suscite à elle seule une démarche spirituelle. Sans distinction, simples touristes et pèlerins sont accueillis dans la cité, que l'on dit bénie des dieux.

A noter : du 5 au 26 août, Rocamadour accueillera son festival consacré aux musiques sacrées.