La Chapelle Sixtine brille de mille feux

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 30/10/2014 à 15H03
Fresques de Michel-Ange dans la Chapelle Sixtine

Fresques de Michel-Ange dans la Chapelle Sixtine

© Pierpaolo Cito / Pool / AFP

Bien au-dessus de l'autel de la chapelle Sixtine au Vatican, l'auréole du Christ peint par Michel-Ange resplendit d'une lumière encore jamais vue, grâce à un nouveau système d'éclairage, qualifié de révolutionnaire.

276 nuances de couleurs
Des anges et des démons, des apôtres et des prophètes, autrefois perdus dans une semi-obscurité, sont ramenés à la lumière par quelque 7.000 lampes LED, fabriquées tout spécialement pour la chapelle où depuis le XVème siècle les cardinaux élisent les papes.

Une nouvelle climatisation a également été installée pour protéger les fresques de l'humidité et des miasmes produits par les six millions de visiteurs qui, chaque année, admirent le plafond peint par le grand artiste italien entre 1508 et 1512. 

Cette opération de rénovation a coûté quelque trois millions d'euros, dont 870.000 provenant de l'Union européenne.

"Les ampoules LED ont un spectre lumineux spécifiquement fabriqués pour être en harmonie avec la pigmentation des fresques et permettre ainsi à la lumière de respecter leur couleur originale", a expliqué Marco Frascarolo, un des responsables de Fabertechnica, une des entreprises derrière cette opération.

"Comme chaque ampoule peut être accordée à un couleur différente, nous avons passé de longues nuits dans la chapelle en compagnie des conservateurs du musée du Vatican, pour essayer différents types de bleu, rouge ou blanc, afin qu'il soit juste comme il faut", a-t-il expliqué aux journalistes invités mercredi soir à visiter les lieux.

Alors que huit échantillons de couleur sont habituellement utilisés pour créer un environnement LED, 276 couleurs trouvés dans ces fresques de la Renaissance ont été cette fois analysés, a-t-il ajouté.
La nef de la chapelle Sixtine au Vatican

La nef de la chapelle Sixtine au Vatican

© PIERPAOLO CITO / POOL / AFP
La climatisation rénovée
Les fenêtres de la chapelle qui laissaient entrer la lumière du soleil ont  été obstruées dans les années 80, quand les conservateurs ont réalisé que les rayons ultraviolet abîmaient les fresques, et faisaient pâlir le jugement dernier ou la création d'Adam.

 L'éclairage alors mis en place avait été fortement critiqué pour son côté artificiel et pour avoir plongé les oeuvres des autres artistes comme Botticelli dans la pénombre.

"Les ampoules LED créent les conditions d'une bien meilleure expérience visuelle parce qu'elles projettent de la lumière sur une partie des fresques autrefois peu éclairées", a encore expliqué M. Frascarolo.

L'éclairage a été testé en laboratoire pour vérifier qu'il n'abîmait pas les fresques, grâce à un système permettant de se rendre compte de leur état après 50 ans d'éclairage de ce type.

Le nouveau système de climatisation répond également à la nécessité de mieux protéger ces oeuvres inestimables. Trois caméras vérifient ainsi en permanence le nombre de personnes dans la chapelle pour mieux réguler l'humidité.

"L'ancien système était seulement capable de réguler l'air jusqu'à 700 personnes. Avec celui-ci, la salle peut contenir jusqu'à 2.000 personnes sans abîmer les fresques", a expliqué un des responsables.
Rome, palais du Vatican, chapelle Sixtine, fresque de Michel-Ange : "Dieu créant l'homme" (détail). Reproduction de décor mural par: Braun Adolphe (1812-1877) VA Maison Adolphe Braun et Cie (1847-1968)

Rome, palais du Vatican, chapelle Sixtine, fresque de Michel-Ange : "Dieu créant l'homme" (détail). Reproduction de décor mural par: Braun Adolphe (1812-1877) VA Maison Adolphe Braun et Cie (1847-1968)

© Patrice Schmidt / MUSEE D'ORSAY / RMN-Grand Palais
"Nous connaissons la quantité de CO2 et d'humidité relâchés par chaque visiteur, et nous pouvons donc faire les ajustements nécessaires, en baissant ou en augmentant la température par exemple", a-t-il ajouté, précisant qu'il pouvait surveiller la chapelle depuis son ordinateur chez lui ou sur son téléphone portable.

Les deux systèmes sont aussi beaucoup plus économes en énergie, et le Vatican s'attend à réduire de près de 90% l'électricité dépensée pour éclairer la chapelle et d'au moins 60% celle dépensée pour la ventilation.

Antonio Paolucci, directeur des musées du Vatican, s'est félicité qu'un tel système contribue à honorer le 450ème anniversaire de la mort de Michel-Ange, en protégeant et en mettant en valeur "les plus extraordinaires oeuvres d'art jamais conçus par l'esprit humain".