L'équitation "de tradition française" classée au patrimoine de l'humanité

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 27/11/2011 à 14H56
Les chevaux du Cadre noir de Saumur à Liévin (novembre 2010)

Les chevaux du Cadre noir de Saumur à Liévin (novembre 2010)

© PhotoPQR / Voix du Nord / MAXPPP / Delphine Pineau

L'équitation "de tradition française" a été inscrite dimanche par l'Unesco au patrimoine culturel immatériel de l'humanité. Le fado portugais et la musique mariachi du Mexique ont aussi été retenus

Le Comité pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, réuni sur l'île indonésienne de Bali, a ajouté ce type d'équitation et en particulier le Cadre noir de Saumur à la "liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité", qui compte déjà 213 traditions du monde entier.

"L'équitation de tradition française est un art de monter à cheval ayant comme caractéristique de mettre en relief une harmonie des relations entre l'homme et le cheval. Les principes et processus fondamentaux de l'éducation du cheval sont l'absence d'effets de force et de contraintes ainsi que des demandes harmonieuses de l'homme respectant le corps et l'humeur du cheval", ont souligné les experts du Comité.

"La connaissance de l'animal (physiologie, psychologie et anatomie) et de la nature humaine (émotions et corps) est complétée par un état d'esprit alliant compétence et respect du cheval. Bien que l'équitation de tradition française soit exercée dans toute la France et ailleurs, la communauté la plus connue est le Cadre Noir de Saumur, basé à l'Ecole nationale d'équitation",  ont-ils ajouté.

Avis défavorable pour la porcelaine de Limoges
La candidature de la porcelaine de Limoges a été retirée après une demande d'information supplémentaire du comité impossible à satisfaire à temps. Elle avait de toute façon reçu un avis préalable défavorable.

Le Comité, dont la réunion se poursuit à Bali jusqu'à mardi, a inscrit samedi le théâtre d’ombres chinoises et le répertoire du rituel des classes d'âge de Louvain, en  Belgique, un rite de passage de la vie de l'homme centré sur les dix années qui  précèdent son cinquantième anniversaire.

Dimanche, le Comité a aussi ajouté au patrimoine immatériel le fado, chant populaire urbain du Portugal, le Mariachi du Mexique. Et, entre autres, les pratiques  liées au balafon des Sénoufo du Mali et du Burkina  Faso, un rituel du repiquage du riz à Mibu, au Japon, un pélerinage au Pérou et le savoir traditionnel des chamanes jaguars de Yuruparí en Colombie.

L'an dernier, l'Unesco avait inscrit le "repas gastronomique des Français",  le compagnonnage et la dentelle au point d'Alençon.

La liste complète du patrimoine immatériel, avec photos et vidéos, sur le site de l'Unesco