L'Archiduc Joseph, diamant d'exception, en vente à Genève

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 03/10/2012 à 14H13
Le diamant Archiduc Joseph, le 3 octobre 2012 à Genève

Le diamant Archiduc Joseph, le 3 octobre 2012 à Genève

© Fabrice Coffrini / AFP

Un diamant historique exceptionnel, "l'Archiduc Joseph", doit être mis en vente le 13 novembre à Genève par Christie's, qui avance une estimation allant de 15 à 20 millions de dollars.

"C'est un diamant de taille coussin pesant 76,02 carats, de couleur D (la meilleure), de la plus grande pureté, celle qui provient des fameuses mines de Golconde, en Inde", a déclaré mercredi à l'AFP Jean-Marc Lunel, expert en joaillerie auprès de Christie's.

Ce diamant, dont la dimension est proche de celle d'un domino, n'est pas monté en bijou. Par le passé, il a été inclus dans une broche et dans un pendentif.

Une pierre issue d'un gisement épuisé
Les diamants issus des mines de Golconde, comme le Koh-I-Noor, qui orne la couronne de la reine d'Angleterre, le Regent, conservé au Musée du Louvre ou le Hope, offert par Harry Winston au Smithsonian Institution à Washington, sont ceux qui présentent la plus grande pureté, a assuré Jean-Marc Lunel. Les mines de diamants de Golconde sont aujourd'hui fermées. Le gisement est épuisé.

Ces mines ont été exploitées pendant près de 2000 ans, soit de 300 avant Jésus-Christ jusqu'au milieu du 18e siècle. Elles étaient la principale source de diamants connue dans le monde, avant que ne soient découverts les gisements du Brésil au 18e siècle et ceux d'Afrique du Sud au 19e siècle.

Le diamant Archiduc Joseph lors de sa présentation à Genève (3/10/2012)

Le diamant Archiduc Joseph lors de sa présentation à Genève (3/10/2012)

© Fabrice Coffrini / AFP
Une ancienne propriété des Habsbourg
Le diamant "Archiduc Joseph", appartenait à la famille des Habsbourg. Il porte le nom de l'Archiduc Joseph (1872-1962), un arrière petit-fils par son père de l'empereur Leopold II et du roi Louis-Philippe de France par sa mère. L'Archiduc Joseph a passé sa vie en Hongrie, avant d'émigrer après la Seconde Guerre mondiale aux Etats-Unis, en raison de l'occupation de son pays par l'Union soviétique. Il est ensuite rentré en Allemagne quelques années plus tard, où il est mort en 1962, à l'âge honorable de 90 ans.

L'Archiduc Joseph aurait remis le diamant à son fils l'Archiduc Joseph Francis (1895-1957), qui l'a déposé en 1933 dans le coffre d'une banque hongroise. Le diamant a été vendu en 1936 à un acheteur resté anonyme, qui l'a laissé dans ce même coffre durant toute la Seconde Guerre, ce qui lui a permis d'échapper à une confiscation par les Nazis.

Une trajectoire qui garde ses mystères
"Après des décennies de mystère", selon la maison Christie's, le diamant est apparu sur la scène internationale lors d'une vente aux enchères à Londres en 1961. Puis il est réapparu 32 ans plus tard à Genève, lors d'une vente de Christie's, où il a été acheté par un acheteur resté anonyme pour 6,5 millions de dollars. Entre-temps, le diamant a changé de propriétaire, lors d'une vente privée. Interrogé sur l'identité du vendeur, l'expert en joaillerie Jean-Marc Lunel n'a pas voulu en dire plus.

Le diamant doit être montré à New York du 13 au 15 octobre, puis à Hong Kong du 19 au 22 octobre, avant sa mise en vente en Suisse.

Christie's organise huit grandes ventes de joaillerie par an, dont deux à Genève. "Le premier semestre 2012 a atteint un niveau record, grâce notamment à la vente de mai à Genève, au cours de laquelle une partie des bijoux de la milliardaire Lily Safra a été vendues à des fins caritatives", a conclu l'expert Lunel.