L'ami Bidasse revient en géant à Arras "chef-lieu du Pas-de-Calais"

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 10/08/2015 à 12H24
L'ami Bidasse sous les traits du chansonnier Bach

L'ami Bidasse sous les traits du chansonnier Bach

© France 3

Longtemps Arras a dû sa notoriété à une chanson : "Avec Bidasse", créée par le chansonnier Bach en 1913 mais très largement popularisée par Fernandel. Bidasse revient à Arras sous forme d’un géant de Carnaval avec les traits de Bach ressuscité par l’artiste-plasticien Johan Vifquin. Il rejoindra pour les fêtes les trois autres géants de la ville Colas, Dédé et Jacqueline.

Reportage : Angélique Etienne, Jean-Marc Vasco et Bertrand Deleporte

"Avec l’ami Bidasse,
On n’se quitte jamais,
Attendu qu’on est,
Tous deux natifs d’Arras,
Chef-lieu du Pas-d’Calais"
Pendant des dizaines d’années, dès que l’on entendait le nom d’Arras, on chantonnait aussitôt "l’ami Bidasse"…
Un gimmick incontournable, un buzz dirait-on aujourd’hui, qui a plus contribué à la notoriété de la ville qu’aucune autre campagne de com.
Avec Bidasse, une chanson qui a marqué le début du XXe siècle

Avec Bidasse, une chanson qui a marqué le début du XXe siècle

© France 3
"Avec Bidasse" est une chanson créée en 1913 par le chansonnier Charles-Joseph Pasquier dit Bach qui la chantait, comme il était d’usage à l’époque pour ce type de répertoire, habillé en tourlourou, en comique-troupier, vêtu du sacro-saint pantalon rouge-garance de l’infanterie.



Bidasse, une antonomase

Charles-Joseph Pasquier dit Bach

Charles-Joseph Pasquier dit Bach

© France 3
On sait peu de chose de l’origine du mot bidasse sinon qu’il évoque le soldat du rang, pas très dégourdi, appelé pour la conscription. Le mot viendrait de l’occitan "vidassa" qui signifie une vie pénible et difficile comme pouvait l’être celle de la troupe au début du XXe siècle.

Le succès de "L'ami Bidasse" fut tel, notamment grâce à l’interprétation de Fernandel, que très vite Bidasse devint le synonyme d’appelé, d’homme de troupe ou de troufion, bref de cette armée qui connut pendant des années la vie des casernes avec ses turpitudes et ses grosses blagues. Ainsi, né d’un nom commun, il serait devenu pour la nécessité de la chanson de Louis Bousquet sur une musique d'Henry Mailfait, un nom propre et de nouveau un nom commun autrement dit une antonomase,
Bidasse sous les traits de Bach

Bidasse sous les traits de Bach

© France 3
Comme il fallait trouver une figure à ce personnage imaginaire, Johan Vifquin a choisi de le représenter sous les traits de Bach, le premier interprète de la chanson, costumé en piou-piou, autre synonyme de jeune appelé.

Devant pareille célébrité, il fallait que "Bidasse" revienne à Arras. Ce sera fait avant la fin de ce mois d’août. Johan Vifquin, un artiste plasticien achève la réalisation d’un géant de 4,50 m de haut qui rejoindra pour les fêtes les trois autres géants de la ville : Colas, Dédé et Jacqueline.
Les trois géants Colas, Dédé et Jacqueline

Les trois géants Colas, Dédé et Jacqueline

© France 3
Bidasse sera baptisé le 29 août à l’occasion des festivités, une fois le pompon rouge placé sur son képi.