Journées du Patrimoine : la mode éthique dévoile ses savoir-faire à l'Hôtel de Noirmoutier

Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 17/09/2016 à 16H16
Les robes sculptures d’Isabelle Teste, septembre 2016

Les robes sculptures d’Isabelle Teste, septembre 2016

© Guillaume Landry, Ademe

L’hôtel de Noirmoutier accueille avec "Patrimoine & Mode éthique" plusieurs expositions d’artistes, de designers textiles ainsi que des ateliers dans le cadre des Journées européennes du patrimoine. Cette foisonnante déambulation -où il est parfois difficile de se retrouver- présente une mode créative et éthique qui s’engage pour promouvoir les savoir-faire.

Cet évènement est présenté par l’association Universal Love en partenariat avec l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie. Il ne faut pas oublier que l’industrie textile est la deuxième activité économique ayant le plus fort impact sur l’environnement, derrière le secteur pétrolier, selon Carbon Trust 2011.

Dans le jardin, "Le Revers de mon Look" montre l’envers du vêtement et ses effets sur la planète alors que la protection de l’environnement est un enjeu déterminant pour notre société. Cette exposition apprend quel est l’envers des vêtements que vous portez et quels sont les impacts de ceux-ci sur la planète. Nous aimons la mode mais que savons-nous des vêtements que nous mettons tous les jours? De leur cycle de vie? De leur impact sur l’environnement? Comment apprendre à minimiser les dégâts de l’industrie textile sur la planète comme sur les hommes? L’exposition est organisée autour de douze panneaux dans lesquels on peut passer la tête et se faire photographier dans différents looks.
Exposition "Le Revers de mon Look", tableau explicatif

Exposition "Le Revers de mon Look", tableau explicatif

© Corinne Jeammet
Dans les salons de gauche, l’exposition "Parures", conçue par Isabelle Quéhé, présente des pièces conjuguant des savoir-faire traditionnels et l’inventivité de la haute couture. Une trentaine de designers ont ainsi réalisé une parure, objet d’art à porter, simple ou ultra sophistiqué. C’est une image à la fois contemporaine, visionnaire et mode, à l’heure où il est si important de sauvegarder un travail de la main, qui tend à disparaître, et de contribuer à ranimer l’héritage artisanal textile. Cette exposition, itinérante, s’est enrichie de nouvelles pièces au gré des rencontres avec des designers et des savoir-faire.
Exposition "Parures", journées du Patrimoine 2016

Exposition "Parures", journées du Patrimoine 2016

© Corinne Jeammet

Sculptures textiles et broderies d’art

Françoise Carré a travaillé dans la mode comme directrice de style puis dans l’économie solidaire. Ecrivain, elle fait de la recherche sur le vêtement à la Sorbonne. Elle propose des sculptures textiles réalisées à partir de vêtements usagés utilisés comme matière et composés ensemble.
Des sculptures textiles exposées lors des Journées du Patrimoine

Des sculptures textiles exposées lors des Journées du Patrimoine

© Corinne Jeammet
Victoria Darolti présente une robe brodée à la main qui mélange matériaux précieux et naturels. Cette pièce unique, impossible à reproduire en raison de la rareté de la plupart des fournitures employées, symbolise les risques d’extinction du savoir-faire artisanal français et les dangers qui menacent notre planète. Elle est brodeuse d’art depuis trois générations, Meilleur Ouvrier de France 2007. 
Des sculptures textiles exposées lors des Journées du Patrimoine.

Des sculptures textiles exposées lors des Journées du Patrimoine.

© Corinne Jeammet

Quand le recyclage devient de l’art

Dans le jardin, découvrez les robes d’Isabelle Teste qui collecte l’un des déchets les plus pollueurs de notre planète, le sac plastique. Elle compose sa palette de couleurs avec cette matière première venue des quatre coins du monde. Modiste formée aux techniques traditionnelles, elle a d’abord consacré son savoir-faire aux chapeaux d’exception et aux textiles nobles. Puis, par engagement écologique, elle s’est tournée vers les matériaux voués au rebut. Depuis plus de quinze ans, elle dédie son travail à l’économie circulaire, notamment au recyclage de sacs plastiques, symboles de notre société d’hyper consommation, qu’elle transforme en décors, vêtements et accessoires.
Les sculptures d’Isabelle Teste, septembre 2016.

Les sculptures d’Isabelle Teste, septembre 2016.

© Corinne Jeammet
Clay Apenouvon s’intéresse à la matière plastique. L’artiste a créé le concept Plastic Attack. Sur le mode de l’installation, il fait prendre conscience de la nocivité et du danger que le plastique représente pour l’environnement à l’échelle planétaire. 
Sculpture de Clay Apenouvon, Journées du Patrimoine 2016

Sculpture de Clay Apenouvon, Journées du Patrimoine 2016

© Guillaume Landry, Ademe

Des ateliers pour sensibiliser au cycle de vie des vêtements

A découvrir, des ateliers dédiés au recyclage ou comment apprendre à transformer des vêtements usagés et des accessoires en ceintures, nœuds papillons, nœuds pour escarpins, tutu, ainsi qu’à crocheter des sacs en plastique.

Gaëlle Constantini considère qu’il est inutile de produire de nouveaux vêtements. Pour préserver la planète, nous pouvons recycler nos vêtements, leur donner une seconde vie. L’Atelier Gaëlle Constantini est dédié au recyclage créatif de vêtements et accessoires. Frédérique Leininger est la créatrice de la maison FMK et la directrice de publication du magazine en ligne le Bar à Tutu. Par le recyclage, elle sensibilise les gens à une consommation intelligente et elle réinvente ici l’usage du tutu. Les Filles du Facteur aiment transmettre l’apprentissage du crochet ou comment donner une seconde vie à ces matériaux jetables en les transformant en objets utiles et durables.

Exposition "Patrimoine et Mode éthique", le samedi 17 jusqu'à 17h et le dimanche 18 septembre de 10h à 17h. Hôtel de Noirmoutier. 138, rue de Grenelle, 75007 Paris.