Réouverture du Musée Marie Curie : tout sur la radioactivité

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 12/09/2012 à 09H57
Pierre et Marie Curie dans leur laboratoire

Pierre et Marie Curie dans leur laboratoire

© AP/SIPA

Sa blouse noire de Marie Curie trône dans le laboratoire, au coeur du Musée Curie rénové, qui rouvre ses portes après deux ans de travaux dirigés par l'architecte Philippe Depotestad. Il est situé au rez-de-chaussée du Pavillon Curie, dans l'un des plus anciens bâtiments de l'Institut du radium, berceau de la radiothérapie devenu Institut Curie.

L'endroit est petit (150 m2) mais organisé. Il a perdu son côté "vieillot" tout en gardant son âme. "C'est un lieu de mémoire et d'histoires", souligne son directeur, Renaud Huynh. Il honore la mémoire de Marie Sklodowska-Curie, "personnalité universelle devenue personnage de légende", indique Claude Huriet, président de l'Institut Curie : seule femme à avoir reçu deux Prix Nobel (Physique en 1903, Chimie en 1911), première femme professeur à la Faculté des Sciences de la Sorbonne, première femme à entrer au Panthéon pour ses propres mérites.

Mais c'est aussi un musée d'histoire des sciences qui raconte au travers d'instruments et documents d'époque l'histoire de la radioactivité. Une histoire de famille enfin, celle des Curie et des Joliot-Curie, la "famille aux 5 prix Nobel" : deux pour Marie, un pour Pierre, son mari, les deux derniers pour sa fille Irène et son gendre, Frédéric Joliot-Curie. C'est grâce à un legs d'un million de dollars de sa fille cadette, Eve, décédée en 2007, que le Musée a pu faire peau neuve. Marie Curie a travaillé pendant 20 ans dans ces murs et sa fille Irène y a découvert avec son mari la radioactivité artificielle.

Pierre Joliot-Curie, petit fils de Pierre et Marie Curie, devant le musée

Pierre Joliot-Curie, petit fils de Pierre et Marie Curie, devant le musée

© P.Verdy. AFP.
 
La rénovation concilie "respect du lieu" et nouvelles technologies
L'espace de visite s'organise autour du bureau de Marie Curie, laissé dans son jus, avec le mobilier et les accessoires d'époque (téléphone, porte-plume...) et le laboratoire. Là, il a fallu reconstituer certains éléments, comme la hotte en bois, où la radioactivité avait pénétré trop profondément. Tout le matériel a été soigneusement décontaminé, la moindre trace de radium traquée jusque sous le parquet, le Musée se voulant "exemplaire" en la matière.

La longue blouse noire de Marie Curie est exposée près de la paillasse de faïence blanche. L'espace d'exposition présente le coffret en bois et plomb qui a contenu "le gramme de radium" remis en 1921 à Marie Curie par le président américain Warren Harding. Le Musée Curie expose aussi les utilisations parfois fantaisistes de ce métal perçu comme magique : fontaines au radium produisant de l'eau radioactive ou crème "Tho-Radia", qui "guérit les brûlures du soleil".
    
Le Musée est ouvert sur le jardin, lieu d'échanges auquel Marie Curie était très attachée. Une exposition (14 septembre - 10 novembre) dévoile une collection de photographies prises "in situ": des clichés d'hier et d'aujourd'hui sont accrochés sur les troncs des tilleuls que Marie Curie avait elle-même choisis.


Musée Curie.
1, rue Pierre et Marie Curie. 75005 Paris. 
Ouvert du mercredi au samedi de 13h à 17h.
Entrée gratuite, les visiteurs peuvent laisser un don.