Les magasins généraux de Pantin : dernières visites avant travaux !

Par @pygrenu Rédacteur en chef de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 11/09/2013 à 14H57
Les magasins généraux de Pantin seront mis en lumière et ouverts au public

Les magasins généraux de Pantin seront mis en lumière et ouverts au public

© Ville de Pantin

L'énorme paquebot de béton amarré au bord du Canal de l'Ourcq, à Pantin, connaîtra bientôt une nouvelle vie dans le cadre d'un vaste projet immobilier. En attendant, on peut le visiter ce week-end... et admirer sa mise en lumière.

Les anciens magasins généraux de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris ouvrent leurs portes les 13, 14 et 15 septembre 2013. C'est vraisemblablement l'une des dernières occasions de découvrir l'intérieur de ce bâtiment appelé à connaître un nouveau destin, avec l'arrivée des 500 salariés de l'agence de publicité Euro RSGC BETC, la création de 600 logements aux alentours et, un peu plus tard, l'aménagement d'un port de plaisance. C’est le cabinet d’architectes Jung qui a planché sur le réaménagement des 23 000 m2 de l'édifice, dont 16 000 m2 seront consacrés aux bureaux. Les travaux devraient démarrer dès le mois d'octobre. 
Les magasins généraux de Pantin © Ville de Pantin

La Mise en lumière : un spectacle gratuit

Sur le thème du "Cargo fantôme", concert multiphonique et mise en lumière le vendredi 13 septembre à 20h30. La musique d'Emmanuel Candeias et Pierre Mourles et les lumières d'Eric Le Bellec sculpteront l'édifice. Pour ceux qui auraient raté la soirée de vendredi, une mise en lumière statique de la façade ouest se poursuit les samedi et dimanche soir.

Les visites : déjà complet mais...

Les 3 sessions de visites affichent déjà complet : 
Vendredi 13 septembre 12h-18h
Samedi 14 septembre 10h-22h
Dimanche 15 septembre 10h-18h
... Mais d'autres horaires devraient être communiqués. 

Les magasins généraux de Pantin : des vaisseaux démesurés

Propriétés de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris, ces entrepôts de stockages sont sortis de terre entre 1929 et 1931. Devenus inactifs dans les années 2000, ils sont devenus l'un lieux favoris des street-artistes de la région parisienne, qui ont profité de ses exceptionnels volumes.