À Noisiel, la chocolaterie Menier attire toujours les curieux

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 11/09/2013 à 19H03
L'ancienne chocolaterie Menier à Noisiel (Seine-et-Marne), septembre 2013

L'ancienne chocolaterie Menier à Noisiel (Seine-et-Marne), septembre 2013

© Jacques Demarthon / AFP

L’ancienne chocolaterie Menier à Noisiel (Seine-et-Marne), perle de l’architecture industrielle du XIXe siècle devenue le siège social de Nestlé France, est un des sites les plus visités des Journées du patrimoine, même si on n’y produit plus de chocolat depuis 1985.

Au plus fort de la production, la légende dit qu’il sortait chaque jour de la fabrique, véritable capitale mondiale du chocolat, l’équivalent de 17 fois la hauteur de la Tour Eiffel en plaquettes.
 
Devant le moulin coloré adossé aux berges de la Marne, Isabelle, 51 ans, admire cette "perle de notre patrimoine", à l’occasion d’une des deux visites mensuelles ouvertes au public. À peine déçue "de ne plus sentir l'odeur du chocolat", elle ne regrette pas d'avoir réservé il y a six mois la visite du site, devenu en 1996 le siège social de Nestlé France.
 
Un empire du chocolat au bord de la Marne
C’est l'occasion de découvrir l'étonnante histoire de la famille Menier, qui a créé un véritable empire du chocolat, devenant l'une des plus riches familles de France sous la IIIe République.
 
Inventeurs de la tablette, les Menier se lancent dans la production industrielle du chocolat, vendu au début du XIXe dans les pharmacies pour couvrir l'amertume des médicaments. Ils quittent alors l'exiguïté du Marais à Paris pour s'implanter à Noisiel, à 25 km à l'est de la capitale.
 
En 1875, ils détruisent le vieux moulin où l'on broie les fèves de cacao et confient à l'architecte Jules Saulnier le soin de le remplacer par un édifice plus moderne, le premier avec une structure métallique porteuse et apparente, signant l'âge d'or du fer. La façade en treillis diagonal est recouverte d'une polychromie de briques, avec des motifs en céramique qui rappellent le produit, comme des fleurs de cacao. Signe de la modernité du bâtiment, Saulnier pense même à installer des fenêtres à double vitrage.
 
Une dynastie du chocolat a régné un siècle sur Noisiel
Parallèlement les Menier construisent une cité ouvrière à proximité de l'usine avec plus de 300 logements, et aussi des réfectoires pour les célibataires, une école et même une maison de retraite. La visite permet de cerner l'emprise sur la commune de la famille Menier, qui a occupé la mairie de 1871 à 1952. On compte toujours à Noisiel six rues ou places portant le nom d'un membre de la dynastie.
 
Après la Seconde Guerre mondiale, c’est le déclin, à cause notamment de la concurrence des barres chocolatées américaines. La marque est vendue en 1959 et la production cesse définitivement en 1985. "Quand vous mangez un Lion, pensez  à la chocolaterie de Noisiel car c'est là que ça a été inventé", lance Milena, la guide.
 
Les cols blancs de Nestlé ont remplacé les ouvriers de Menier
Aujourd'hui, dans ce site habilement restauré, les cols blancs de Nestlé ont remplacé les 2.000 ouvriers qui travaillaient douze heures par jour au XIXe.
 
Dans les années 1990, le géant suisse avait hésité entre construire une tour à la Défense ou rénover l’ancienne chocolaterie pour accueillir son siège français. Finalement, c’est le cabinet Reichen et Rober, spécialisé dans la réhabilitation du patrimoine industriel, qui a été chargé de restaurer l’usine de Noisiel.
 
L’an dernier, elle a attiré près de 15.000 visiteurs lors des Journées du patrimoine.