Jérusalem la religieuse fascine le monde

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 21/08/2015 à 17H37
Jérusalem, la plus religieuse des villes du Proche-Orient

Jérusalem, la plus religieuse des villes du Proche-Orient

© PHOTOSTOCK-ISRAEL / CULTURA CREATIVE / AFP

Berceau des trois religions monothéistes, Jérusalem concentre les passions depuis des millénaires des pèlerins du monde entier. Convoitée, fantasmée, maintes fois assiégée, la ville Sainte des Juifs, Musulmans et Chrétiens fascine autant les historiens que les touristes.

Ville trois fois sainte, la lumière de Jérusalem fascine et domine le monde des religions. Bousculée par l'Histoire et les conflits, la ville reste paisible et aussi robuste que le cuivre et l'or qui l'habille. La richesse de Jérusalem se cache dans tous ses recoins et dans ses ruelles nichées sur les hauteurs. Sous un soleil de plomb, clochers, minarets et synagogues se côtoient en toute sérénité laissant aller les rumeurs de la ville.

Reportage : F. Génauzeau / A. Grego / H. Nalbandian

Le Dôme du rocher invite les chrétiens sous sa coupole

La visite de Jérusalem captive l'oeil du novice comme celui de l'expert. Le Dôme du Rocher et sa coupole d'or, troisième lieu Saint de l'islam domine la ville. "C'est l'édifice le plus important au monde pour les musulmans et le plus ancien encore debout" raconte Yusef Al Natche, spécialiste en architecture islamique. A l'intérieur des milliers de morceaux de mosaïque recouvrent le dôme "le nom de Jésus Christ et de sa mère sont inscrits sous la coupole, certains voient une invitation aux non musulmans pour qu'ils se rapprochent de l'islam" détaille encore l'expert.
Le Dôme du rocher 

Le Dôme du rocher 

© THOMAS COEX / AFP

Le Mur des lamentations : des prières de toutes les religions

En contrebas du dôme du rocher, une esplanade immense où grouillent des milliers de pèlerins chaque jour accueille le vestige d'un temple juif : le mur des lamentations. Lieu Saint et de recueillement pour la communauté juive, hommes et femmes viennent déposer de petites prières dans les interstices du mur. "On a énormément de respect pour ces prières qui sont faites par des juifs, des chrétiens et des musulmans. Lorsque ces petits papiers tombent ils sont ramassés et enterrés sur le Mont des Oliviers" raconte Isabelle Cohen, guide de la vieille ville.
Le mur des lamentations en 1936

Le mur des lamentations en 1936

© INTRAN / AFP

Le Saint-Sépulcre, une belle sainte pagaille

Saint des Saints pour les chrétiens, le Saint-Sépulcre est, selon la tradition chrétienne, le tombeau du Christ, c'est-à-dire la grotte où le corps de Jésus de Nazareth fut déposé au soir de sa mort sur la Croix. Arrivés dans les lieux, les pèlerins se prosternent sur la pierre de l'onction, certains fidèles reproduisent les gestes prodigués à Jésus.
Le tombeau du Christ au Saint-Sépulcre attirent des millions de chrétiens chaque année. Ici la cérémonie de la flamme sacrée de la communauté orthodoxe

Le tombeau du Christ au Saint-Sépulcre attirent des millions de chrétiens chaque année. Ici la cérémonie de la flamme sacrée de la communauté orthodoxe

© THOMAS COEX / AFP

Le tombeau du christ voit défiler des millions de visiteurs chaque année de toutes confessions confondues. "Ici c'est une Sainte Pagaille mais Jérusalem a besoin de gens qui se rencontrent car lorsque qu'il y a un mur qui sépare on finit par diaboliser les autres" conclue Frère Stéphane.