Israel : un parchemin calciné vieux de 1500 ans déchiffré grâce à un scanner 3D

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 21/07/2015 à 11H01
Une capture d'écran montre le parchemin original calciné et déchiffré et conservé par l'Autorité israélienne des antiquités.

Une capture d'écran montre le parchemin original calciné et déchiffré et conservé par l'Autorité israélienne des antiquités.

© GALI TIBBON / AFP

Le parchemin a été découvert calciné dans les années 1970. Illisible à l'époque, c'est un scanner un trois dimension qui permet aujourd'hui de déchiffrer ce fragment de Bible de sept centimètres, qui a l'apparence d'un morceau de charbon.

En 1970, un parchemin calciné avait été retrouvé au milieu de cendres dans une synagogue d'Ein Gedi, sur les bords de la mer Morte. Illisible jusqu'à présent, les mystères de ce parchemin vieux de 15 siècles ont été élucidés par des experts israéliens et américains grâce à la technologie.

"Après les manuscrits de la mer Morte, il s'agit de la découverte la plus significative d'une Bible écrite", a expliqué Pnina Shor de l'Autorité Israélienne des Antiquités
Le parchemin calciné était illisible depuis 45 ans

Le parchemin calciné était illisible depuis 45 ans

© GALI TIBBON / AFP

Les experts avaient tenté de déchiffrer le parchemin immédiatement après sa découverte il y a 45 ans, sans succès. Après examen, il s'avère que le fragment de sept centimètres de long, qui ressemble à un morceau de charbon contient les huit premiers versets du Lévitique de la Bible exposant les règles des sacrifices rituels.

Un scanner en trois dimensions

Le parchemin a été conservé dans un coffre climatisé et maintenu dans l'obscurité par l'Autorité des Antiquités. Mais l'an dernier, la compagnie israélienne Merkel Technologies s'est portée volontaire pour utiliser son micro-scanner. Le scanner en trois dimensions obtenu a été ensuite envoyé au département des sciences de l'informatique de l'université de Kentucky qui a développé un logiciel d'imagerie digitale ayant permis de fournir les premières images lisibles la semaine dernière.

Selon Pnina Shor, le parchemin constitue une partie d'une Bible complète, mais le professeur américain Brent Seales a affirmé qu'il était trop tôt pour savoir s'il était possible de tirer d'autres informations du parchemin. "Nous ne sommes pas vraiment sûr. C'est un défi technique" a-t-il affirmé.

Un document majeur

Pnina Shor a pour sa part estimé que cette découverte permettait de remplir un grand vide entre les manuscrits de la Mer Morte vieux de plus de 2000 ans et le Codex d'Alep en Syrie, datant du 10ème siècle.

Huit cent soxante-dix manuscrits de la mer Morte ont été découverts entre 1947 et 1956 dans les grottes de Qumran qui surplombent la mer Morte. Le plus vieux de ces documents remonte au 3ème siècle avant notre ère et le plus récent de l'an 70 lorsque les troupes romaines ont détruit le second Temple juif à Jérusalem.

Le codex d'Alep a été écrit en Galilée au 10ème siècle. Il a été ainsi nommé car il a été retrouvé dans cette ville syrienne et ramené en Israël dans les années 1950.