"Voiles Latines" : les barques du Léman ont le vent en poupe à Evian

Par @Culturebox
Mis à jour le 25/04/2017 à 15H41, publié le 25/04/2017 à 15H38
Aujourd'hui, six embarcations perpétuent la tradition, mais à titre de bateau de plaisance uniquement

Aujourd'hui, six embarcations perpétuent la tradition, mais à titre de bateau de plaisance uniquement

© France 3 / Culturebox

Apparues au Moyen-âge, elles ont été restaurées dans les années 50. Trait d’union entre les rives françaises et suisses, les barques du Léman ont une longue histoire dans laquelle la Maison Gribaldi plonge les visiteurs à travers une exposition consacrée à ces premiers bateaux arrivés sur le Lac Léman.

Grâce aux prêts de nombreux musées et de particuliers qui œuvrent à la sauvegarde du patrimoine, et à travers des documents, objets, maquettes et peintures provenant de collections suisses et françaises, cette exposition retrace plusieurs siècles d’histoire du pourtour de la région lémanique. Elle s’appuie sur un symbole typiquement lémanique, les célèbres grandes barques qu’on reconnaît grâce à la position très particulière de leurs voiles en "oreilles". 

Reportage : I. Colbrant / YM. Glo / L.Bouchaud


L’exposition présente un ensemble exceptionnel de modèles de bateaux (nau, cochère, galère, galiote, barques) et dioramas, ainsi qu’une iconographie riche et variée composée de magnifiques tableaux des peintres paysagistes suisses des XIXe et début XXe, de gravures et cartographies anciennes et de photographies.

Durant des siècles, les barques ont assuré le transport de matériaux de construction lourds, comme les pierres de taille, les pierres de Meillerie qui ont servi à la construction des villes modernes du pourtour lacustre. Les voiles latines servaient aussi à l’acheminement des marchandises d’une rive à l’autre du lac. Le Léman fait partie de la route des épices. Mais l’exposition de la Maison Gribaldi rappelle également que l’introduction de la voile latine sur le Léman remonte au XIIe siècle, à l’ambition des ducs de Savoie de devenir rois.

Dès le xve siècle, les archives de Savoie mentionnent la présence de barques sur le Léman, largement inspirées par l’architecture des galères qui les ont précédées sur le lac

Dès le xve siècle, les archives de Savoie mentionnent la présence de barques sur le Léman, largement inspirées par l’architecture des galères qui les ont précédées sur le lac

© France 3 / Culturebox

En 1900, on dénombrait encore soixante barques sur le Léman. Mais l'amélioration des transports et notamment le développement du rail à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, ainsi que l’arrivée du béton sonneront le glas leur activité.

Durant des siècles, les barques ont assuré le transport de matériaux de construction lourds, comme les pierres de Meillerie 

Durant des siècles, les barques ont assuré le transport de matériaux de construction lourds, comme les pierres de Meillerie 

© France 3 / Culturebox

Aujourd’hui, six embarcations perpétuent la tradition, mais à titre de bateau de plaisance uniquement. La Neptune, une barque de 27 mètres de long achetée par l'État de Genève, et La Vaudoise, Le bateau des Pirates d'Ouchy, à Lausanne, un brick de plus de 22 mètres construit en 1932. La Savoie, longue de 35 mètres, est la barque de la rive française du Léman. Elle s'avère être la réplique d'une embarcation bâtie à Genève en 1896. La Demoiselle, aussi appelée "Barque des enfants", a pour modèle une embarcation de 1828. Enfin, L'Aurore, la réplique d'une cochère de 1828, a été lancée en 2000 à St-Gingolph.

Toutes ces voiles vogueront les 24 et 25 juin prochains lors d’une grande manifestation organisée sur le lac Léman et les quais d’Evian.