"Tromelin, l’île des esclaves oubliés" ou l'histoire vraie de 15 ans de survie dans l’océan

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/01/2017 à 09H56, publié le 09/01/2017 à 17H47
80 esclaves malgaches se sont retrouvés isolés sur l'île Tromelin

80 esclaves malgaches se sont retrouvés isolés sur l'île Tromelin

© capture d'écran France 3 / Culturebox

En 1761, un navire de la Compagnie des Indes parti pour l’île de France (ancienne île Maurice) fait naufrage en plein océan indien, au large de Madagascar. Des esclaves se retrouvent alors seuls sur une île, abandonnés. Ils y resteront pendant quinze ans. C’est l’incroyable histoire de la survie de ces hommes oubliés que raconte une exposition présentée jusqu’au 30 avril au musée d’Aquitaine.

L’exposition "Tromelin, l’île des esclaves oubliés" au musée d’Aquitaine de Bordeaux raconte l’histoire rocambolesque de l’équipage d’un navire négrier de la Compagnie des Indes parti pour l’île de France (ancien nom de l’île Maurice) en novembre 1760. Il fera naufrage quelques mois plus tard, au large de Madagascar. A son bord, des marins mais aussi des esclaves malgaches.

Reportage : C. Bouvet / S. Delalot  / B. Chague / J. Ceccaldi

Des esclaves abandonnés à leur sort

Suite au naufrage du navire l'"Utile" en juillet 1761, 122 marins et 80 esclaves survivent et rejoignent l’île Tromelin, dite île des sables, loin des routes de navigation. L’équipage réussit à fuir au bout de deux mois à bord d’un radeau de fortune. Le commandant en second, Castellan, promet aux esclaves restés sur l'île de revenir les chercher. Mais il n'obtiendra jamais l'autorisation du gouverneur d'affréter un navire pour leur porter secours, le groupe d’esclaves sera ainsi abandonné pendant quinze années. L’île est petite, sableuse, il n’y a pas d’arbres. Et pourtant, ils vont survivre.
Le navire "l'Utile" a fait naufrage en 1761

Le navire "l'Utile" a fait naufrage en 1761

© capture d'écran France 3 / Culturebox

Une incroyable survie

Les naufragés finissent par trouver de l’eau, et réorganisent leur vie au rythme de l’île. L’exposition montre des abris de corail et de sables qui en disent long sur la vie sur l'île. Max Guérout, archéologue et commissaire de l'exposition travaille sur l'histoire de ce naufrage depuis 2006 : "en regardant la manière dont ils ont construit et fait évoluer leur habitat, on a eu la certitude qu’il y avait une organisation sociale et que, psychologiquement, ils avaient surmonté des interdits et de grosses difficultés de survie sur l’île". Les survivants ont construit des objets à partir de restes du navire, comme des cuillères ou des pots.
Les naufragés fabriquent des objets en cuivre

Les naufragés fabriquent des objets en cuivre

© capture d'écran France 3 / Culturebox
Leur nourriture est abondante mais peu diversifiée puisque, selon Thomas Romon, commissaire de l'exposition, "ils ont principalement consommé des tortues et des oiseaux", notamment des sternes, petits oiseaux marins. Au total, seules sept femmes et un nourrisson sont toujours en vie au moment où débarque sur l'île la corvette de Jacques Marie de Tromelin, le 29 novembre 1776. Les anciens esclaves seront déclarés libres à leur arrivée sur l'île Maurice. Leur histoire est également retracée par les archéologues dans un livre au CNRS.